Prévenir les prochains génocides

Aussi essentiel que de combattre Daesh

Ecole de guerre

L’Ecole de guerre à Paris a structuré la stratégie de stigmatisation d’ennemis intérieurs extérieurs, comme explicité par Gabriel Périès et David Servenay dans l’ouvrage de référence Une guerre noire. Une idéologie militaire moderne vendue aux armées dans le monde entier depuis l’Indochine, l’Algérie, l’Amérique du Sud, et le Rwanda (comme dernier test, le plus effroyable : plus d’un million de victimes, la même population s’entretuant elle-même via l’ethnisme importé par les colons « blancs », lors de l’occupation administrative et militaire allemande, belge puis française).

D’autres génocides sont donc à éviter, en révélant la réalité des événements. Les témoins de Bisesero ont transmis (à propos du plus grand massacre lors du génocide des Tutsi, les 13 et 14 mai 1994), que des militaires « blancs » leur tiraient dessus. Cela ne doit pas rester tabou. Car le monde sait désormais que la France est complice, mais n’imagine pas qu’elle ait pu participer directement. Ce qui est hautement probable, suite à 80 témoins recoupés successivement par les enquêteurs Serge Farnel, et Bruno Boudiguet, confirmant ainsi la présence de militaires « blancs » tirant sur les Basesero, des collines surplombant le lac Kivu. On pense immédiatement au fusible Barril, lâché a posteriori par l’Etat-major français, pour faire diversion.

Finalement, les rescapés ne sont pas considérés ni entendus. On leur vole leur souffrance et témoignage, respectivement. La conséquence de ce négationnisme (à la fois politique, du tout un chacun, en concurrence et nombrilisme social), c’est que ne montrant pas ce qui est, cela va se reproduire, dès qu’un pouvoir raciste gagnera les consciences sur 30-40 ans (les prémices avec la lepenisation des esprits en France, vis à vis, par exemple, des populations roms et arabes, ou des lgbt). A ne pas voir, on efface l’horreur, et on en tire jamais les conséquences.

Publicités

A propos Collectif des Innovations/illuminations Politiques

Notre projet : convier nos semblables et leur proposer une série d’happenings d’ampleur, plutôt subversifs, selon leurs besoins. Ceci dans l’esprit du collectif Voina, comme de Krzysztof Wodiczko, Banksy, ou encore GRL Graffiti. Sans être du mapping commercial, ou une énième promo’ de réalisations personnelles, de prime abord (aspects trop mis en avant par le système). Ainsi essayer de redonner sa place à ce qu’il se fait de mieux en matière politique et artistique, avec les effets escomptés sur les pouvoirs en place.
Cet article a été publié dans 2015, Ecole de guerre, Etat-major, Ethnisme, France, guerre moderne, Lepenisation des esprits, Négationnisme, Paris, Pouvoir raciste, Stigmatisation, Stratégie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s