Intervention du collectif sur le thème des Biens Mal Acquis

Prise de parole le 6 mars 2012 au soir, suite à une représentation très réussie de la pièce de Lionel Girard sur les BMA à la mairie du 2ème à Paris, avec ses acolytes émérites.

Présentation donc très succincte de notre collectif, de ses actions menées, et surtout de la volonté de servir les objectifs communs des peuples (liés aux artistes engagés, à la société civile & associations, mais aussi aux spécialistes/journalistes de la gouvernance).

Ceci au delà de la dénonciation des potentats africains (comme nous l’avions réalisé d’emblée sur un BMA du clan Bongo fin novembre 2011 à Paris), pour en venir davantage maintenant aux responsabilités françaises de la Françafrique, principalement (via les banques complices, immunités de l’Unesco…). Un sujet de convergence avec tous les aspects de la finance dévoyée et des paradis fiscaux, que ce soit pour le pétrole ou les armes et trafics plus ou moins occultes.

Donc remonter à l’origine de ce qui nous concerne directement : ce qui guide depuis De Gaulle, la politique de l’Elysée et des réseaux dans l’ex pré carré colonial. Plutôt que de se concentrer sur des exécutants néocoloniaux, à fortiori rarement émancipés de l’obligation de martyriser leurs semblables, les déposséder de leurs biens. Le financement de la plupart des partis politiques français en retour n’y change rien.

Cet aspect rapidement amené a eu un écho lors des 4-5 interventions suivantes du publique, assez en phase avec cette nécessité de remonter à nos propres BMA, lors de happenings connectés aux vastes mouvements sociaux, et non en revenir quasi exclusivement à une justice française déjà aux ordres du Parquet, bloquant toutes les procédures quasiment. Les deux terrains sont à explorer, comme de trouver les moyens d’obtenir une plus large visibilité médiatique pour les spécialistes des thèmes essentiels abordés. L’objet de notre collectif.

Matjules 

Publicités

A propos Collectif des Innovations/illuminations Politiques

Notre projet : convier nos semblables et leur proposer une série d’happenings d’ampleur, plutôt subversifs, selon leurs besoins. Ceci dans l’esprit du collectif Voina, comme de Krzysztof Wodiczko, Banksy, ou encore GRL Graffiti. Sans être du mapping commercial, ou une énième promo’ de réalisations personnelles, de prime abord (aspects trop mis en avant par le système). Ainsi essayer de redonner sa place à ce qu’il se fait de mieux en matière politique et artistique, avec les effets escomptés sur les pouvoirs en place.
Cet article a été publié dans BMA, Collectif Innov'/Illu' politiques, Finance dévoyée, Paradis fiscaux. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s