Rushes : Itw par Matjules de témoins de Bisesero

#1 Interview par Matjules d’Emmanuel Karibana #1 – MVI 7356
https://www.youtube.com/watch?v=E41QbtLqM7c

#1 Interview par Matjules d’Emmanuel Karibana #2 – MVI 7357
https://www.youtube.com/watch?v=2bTzhmApf5E

#1 Interview par Matjules d’Emmanuel Karibana #3 – MVI 7358
https://www.youtube.com/watch?v=qqYN9TQtBlU

#1 Interview par Matjules d’Emmanuel Karibana #4 – MVI 7368
https://www.youtube.com/watch?v=b67NLCNMzH0

#1 Interview par Matjules d’Emmanuel Karibana #5 – MVI 7369
https://www.youtube.com/watch?v=AtoVlG1_vDA

#1 Interview par Matjules d’Emmanuel Karibana #6 – MVI 7370
https://www.youtube.com/watch?v=56khhKb3srw

#1 Interview par Matjules d’Emmanuel Karibana #7 – MVI 7371
https://www.youtube.com/watch?v=Ie1EuNJBXbQ

#1 Interview par Matjules d’Emmanuel Karibana #8 – MVI 7372
https://www.youtube.com/watch?v=K2QOecp6PUA

#1 Interview par Matjules d’Emmanuel Karibana #9 – MVI 7373
https://www.youtube.com/watch?v=W5og2po6buk

-> https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2015/03/20/interview-par-matjules-demmanuel-karibana-rescape-de-bisesero/


#2 Interview par Matjules de J.B.Hakizimana #1 – MVI 7374
https://www.youtube.com/watch?v=PZFbv4syrWw

#2 Interview par Matjules de J.B.Hakizimana #2 – MVI 7378
https://www.youtube.com/watch?v=rzk05URM0og

#2 Interview par Matjules de J.B.Hakizimana #3 – MVI 7380
https://www.youtube.com/watch?v=CbAq-w6cxrw

#2 Interview par Matjules de J.B.Hakizimana #4 – MVI 7381
https://www.youtube.com/watch?v=AYGCzsOCZeU

#2 Interview par Matjules de J.B.Hakizimana #5 – MVI 7462
https://www.youtube.com/watch?v=C5vZrVVt4WY

#2 Interview par Matjules de J.B.Hakizimana #6 – MVI 7468
https://www.youtube.com/watch?v=mhLlEKtTpjY

-> https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2015/03/20/interview-par-matjules-de-jean-baptiste-hakizimana-rescape-de-bisesero/


#3 Interview par Matjules de Sylvain Nyakayiro #1 – MVI 7474
https://www.youtube.com/watch?v=T7oqkXadGWQ

#3 Interview par Matjules de Sylvain Nyakayiro #2 – MVI 7475
https://www.youtube.com/watch?v=Us2wP6bG0NE

#3 Interview par Matjules de Sylvain Nyakayiro #3 – MVI 7483
https://www.youtube.com/watch?v=qUxNGfkA2EQ

#3 Interview par Matjules de Sylvain Nyakayiro #4 – MVI 7484
https://www.youtube.com/watch?v=astXDDr0Nf4

#3 Interview par Matjules de Sylvain Nyakayiro #5 – MVI 7485
https://www.youtube.com/watch?v=fOTxTnGwxr4

#3 Interview par Matjules de Sylvain Nyakayiro #6 – MVI 7486
https://www.youtube.com/watch?v=1E75Tlhtyxs

#3 Interview par Matjules de Sylvain Nyakayiro #7 – MVI 7487
https://www.youtube.com/watch?v=ESiDRDtwhHw

-> https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2015/04/04/interview-par-matjules-de-sylvain-nyakayiro-rescape-de-bisesero/


#4 Interview par Matjules de Adrien Harolimana #1 – MVI 7489
https://www.youtube.com/watch?v=y7YB_OK21Tc

#4 Interview par Matjules de Adrien Harolimana #2 – MVI 7490
https://www.youtube.com/watch?v=UuQrVytWNYg

#4 Interview par Matjules de Adrien Harolimana #3 – MVI 7491
https://www.youtube.com/watch?v=EYYF9xiGGpY

#4 Interview par Matjules de Adrien Harolimana #4 – MVI 7492
https://www.youtube.com/watch?v=ioMHyjBQzDA

#4 Interview par Matjules de Adrien Harolimana #5 – MVI 7493
https://www.youtube.com/watch?v=K8rhokEyvk8

-> https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2015/10/22/interview-par-matjules-dadrien-harolimana-rescape-de-bisesero/


#5 Interview par Matjules de Boniface Mutuyemungu #1 – MVI 8309
https://www.youtube.com/watch?v=kpPWimB1_SU&t=104s

#5 Interview par Matjules de Boniface Mutuyemungu #2 – MVI 8321
https://www.youtube.com/watch?v=dGNDglTnQCM

#5 Interview par Matjules de Boniface Mutuyemungu #3 – MVI 8322
https://www.youtube.com/watch?v=UydMbYmi6SA

#5 Interview par Matjules de Boniface Mutuyemungu #4 – MVI 8323
https://www.youtube.com/watch?v=CYinIF7mlG4&t=425s

#5 Interview par Matjules de Boniface Mutuyemungu #5 – MVI 8324
https://www.youtube.com/watch?v=6I80cwHGql0&t=4s

#5 Interview par Matjules de Boniface Mutuyemungu #6 – MVI 8325
https://www.youtube.com/watch?v=Uc1p7XSC1-c&t=649s

#5 Interview par Matjules de Boniface Mutuyemungu #7 – MVI 8326
https://www.youtube.com/watch?v=ygzQUWPWJYY&t=6s

#5 Interview par Matjules de Boniface Mutuyemungu #8 – MVI 8327
https://www.youtube.com/watch?v=5YBU_9F_hEs

#5 Interview par Matjules de Boniface Mutuyemungu #9 – MVI 8328
https://www.youtube.com/watch?v=TRNRafSVdQc&t=690s

#5 Interview par Matjules de Boniface Mutuyemungu #10 – MVI 8329
https://www.youtube.com/watch?v=MOeyv0iPPOY

-> https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2016/07/25/interview-par-matjules-de-boniface-mutuyemungu-rescape-de-bisesero/


#6 Interview par Matjules de Marcel Harelimana #1 – MVI 8337
https://www.youtube.com/watch?v=G7iR-8WTw_w

#6 Interview par Matjules de Marcel Harelimana #2 – MVI 8338
https://www.youtube.com/watch?v=y6WA6JGF1BA

#6 Interview par Matjules de Marcel Harelimana #3 – MVI 8339
https://www.youtube.com/watch?v=woUQRS_smCU

#6 Interview par Matjules de Marcel Harelimana #4 – MVI 8340
https://www.youtube.com/watch?v=A73ZuzGbOds

#6 Interview par Matjules de Marcel Harelimana #5 – MVI 8341
https://www.youtube.com/watch?v=LosKI2SYjCE

#6 Interview par Matjules de Marcel Harelimana #6 – MVI 8342
https://www.youtube.com/watch?v=70glak3O1Gg

#6 Interview par Matjules de Marcel Harelimana #7 – MVI 8343
https://www.youtube.com/watch?v=tZ_hSn2PR7w

#6 Interview par Matjules de Marcel Harelimana #8 – MVI 8344
https://www.youtube.com/watch?v=cJkI4_Ih3x0

#6 Interview par Matjules de Marcel Harelimana #9 – MVI 8345
https://www.youtube.com/watch?v=6sHIHje-7tE

#6 Interview par Matjules de Marcel Harelimana #10 – MVI 8346
https://www.youtube.com/watch?v=4Zkl0SWxn7o

#6 Interview par Matjules de Marcel Harelimana #11 – MVI 8347
https://www.youtube.com/watch?v=H60zuq164Uo

#6 Interview par Matjules de Marcel Harelimana #12 – MVI 8348
https://www.youtube.com/watch?v=m3SnOx7zzCE&t=351s

#6 Interview par Matjules de Marcel Harelimana #13 – MVI 8349
https://www.youtube.com/watch?v=A8-5N1pwsFM

-> https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2016/11/22/interview-par-matjules-de-marcel-harelimana-rescape-de-bisesero/


Précédemment :
https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2015/03/20/proposition-collaborative-verification-traduction-itws/

Cette publication n’est pas exclusive. Vous pouvez donc la reprendre dans vos différents médias, et commenter (en évitant les insultes et le mépris). Ceci sans altérer le contenu, ni le déformer. Citer des passages est bienvenu, en respectant le sens, et précisant la source. Cet avis est juste indicatif.


Egalement :

https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2015/03/20/introduction-au-negationnisme-contre-les-rescapes-de-bisesero-1ere-partie/

https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2019/02/03/introduction-au-negationnisme-contre-les-rescapes-de-bisesero-2eme-partie/

https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2015/02/15/campagne-dartistes-le-ciip-pour-le-rwanda/

http://francafric.free.fr

Publicités
Publié dans 13 mai 1994, 1994, 2014, 2015, 2016, Action, Actions, Activité, Adrien Harolimana, André Gakwaya, Articles, Autre, Barril, Basesero, Bisesero, Blanc, Boniface Mutuyemungu, Bruno Boudiguet, CIIP, Collectif Innov'/Illu' politiques, Colonialisme, Complicité, Complicités, Conflit, Critique, Désinformation, Domination, Dusabemariya, Echanges, Ecole de guerre, Ecole de guerre de Paris, Elysée, Emancipation, Emmanuel Karibana, Engagement, Esclavage, Etat major, Etat-major, Ethnisme, Exploitation, Françafrique, François Mitterrand, François-Xavier Verschave, France, Génocide, Grands Lacs Hebdo, Handicap, Hiérarchie, Hutu, hypocrisie, Illuminée Dusabemariya, Immaculée, Interahamwe, Interview, Interviews, Itw, Jean-Baptiste Hakizimana, Journalisme, Kagamé, Kibuye, Kigali, Kivu, Marcel Harelimana, Matjules, Mensonge, Meurtre, Militaire, Militaires "blancs", Misère, Mitterrand, Négationnisme, Néocolonial, Néocolonialisme, Paris, Partage, Participations, Paul Kagamé, Peuple, Politique, Pouvoir raciste, Prise de parole, Publique, Racisme, Résistance, Rescapés, Rushes, Rwanda, Rwanda20ans, Serge Farnel, Soutiens, Stigmatisation, Sylvain Nyakayiro, Témoignage, Témoignages, Témoins, Témoins de Bisesero, Tutsi | 5 commentaires

Prolongation de la Campagne d’artistes pour le Rwanda du CIIP en 2019

La Campagne d’artistes pour le Rwanda du CIIP se prolonge en 2019. N’hésitez pas à participer. Dessin, peinture, fresque, collage, graf’, photos, montage, performance, sculpture, stylisme symbolique, projection, slam, chanson, pièce de théâtre, docu’, prise de parole, écrit, en partenariat engagé & arty.

Carte blanche aux artistes. Indiquez juste « France la honte / Rwanda 1994 / #CIIP ». Exprimez visuellement ou avec vos mots, ces militaires « blancs » à dénoncer, qui tiraient à l’arme lourde sur les basesero durant la plus grande attaque du génocide des tutsi les 13 et 14 mai 1994 à Bisesero. Pour mémoire : https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2015/03/20/interview-par-matjules-demmanuel-karibana-rescape-de-bisesero/

Et trouvez un moyen de représenter les stratégies de stigmatisation d’ennemis intérieurs/extérieurs enseignées dans les Etats majors du monde entier via cette doctrine de l’Ecole de guerre de Paris (tel que révélé dans l’ouvrage Une guerre noire de David Servenay et Gabriel Périès), depuis l’Indochine, l’Algérie, l’Amérique du Sud et les 1 million de victimes au minima, principalement d’avril à mi mai au Rwanda en 1994. Test effroyable de guerre « moderne » réussi, avec une population qui s’entretue, sous 40-50 ans d’ethnisme/endoctrinement forcé des colonialismes allemand, belge puis français.

Quels que soient les antagonismes des groupes sociaux concernés ; et les motivations des belligérants en cause (accaparement des richesses, contrôle de zones régionales, affrontements idéologiques, présence au Conseil de Sécurité de l’Onu, racisme et guerre nouvelle…).

Les risques sont pour demain partout dans le monde, avec des pouvoirs extrémistes susceptibles d’émerger, et des armées formées à cette stigmatisation féroce. Une priorité à affronter, de notre responsabilité. L’historien Léon Saur et ancien diplomate belge a pu faire écho de notre angoisse, en communion de cette inquiétude, lors du Colloque de la Licra (qui se critique par ailleurs) « Le génocide subi par les Tutsi : les fantasmes, les faits » à la Cité Universitaire le 21 juin 2014.

Par ailleurs, et pour exemple, si Marine Le Pen accédait un jour à l’Elysée, d’autres intellectuels nous ont répondu en off que la menace pourrait être vis à vis des populations roms et arabe notamment, sous quelques années (car la doctrine directement effective au sein de chaque contingent militaire).

A vos crayons et micros. Nous diffuserons et mettons en synergie l’ensemble des réalisations, en coordination avec plusieurs structures, via le CIIP (comme pour l’expo’ et interventions panafricaines au 100ECS à Paris, en février 2015, au profit/réparation pour les rescapés, familles de victimes et femmes violées durant le génocide des Tutsi par des militaires de l’armée française).

Vous remerciant…

Le CIIP

collectifillupolitiques[at]gmail.com

Précédemment : https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2015/02/28/expovente-du-ciip-au-100ecs-pour-le-rwanda/

https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2015/02/15/campagne-dartistes-le-ciip-pour-le-rwanda/



@Guillaume Ancel sur sa page fcbk en commentaire

… C’est certain quand on est capable d’observer l’Egam en apologie de Kouchner (livraisons d’armes au Biafra comme premières classes en Francafrique via la couverture de la Croix-rouge pour le french doctor argenté) sans rien dire… https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2017/12/20/la-kouchner-mania-dabtan-en-clash-par-matjules/

https://www.facebook.com/groups/MvtDeboutMatjules/permalink/2243852019160881?sfns=m


Publié dans 1994, 2019, Action, Actions, Arno Lebreton, Art, Artiste, Artistes, Basesero, Bisesero, Blanc, Blancs, Campagne, Campagne de portraits pour le Rwanda, Catherine Cisinski, CIIP, Collectif Innov'/Illu' politiques, Colonialisme, Culturel, Dissidence, Ecole de guerre, Ecole de guerre de Paris, Elysée, Engagement, Françafrique, François Betting, Francafrique, Fresque, Génocide, Graff, Humanisme, Hutu, Images, Innovation, Jonk, Kactus., Logick, Lou Hopop', Matjules, Më-Ly Meôw, Militaire, Militaires, Militaires "blancs", Mirko Colletti, Négationnisme, Néocolonial, Néocolonialisme, Negationnisme, Nicolas Renard, Olivier Dexheimer, Pancarte, Partenariat, Partenariats, Pochoir, Politique, Portraits, Pouvoir, Pouvoir raciste, Projet, Racisme, Réalisation, Résistance, Résistances, Responsabilité, Rwanda, Soutien, Soutiens, Street art, Tag, Tags, Toile, Toiles, Tutsi, Universalisme, Visibilité, Visuel | 1 commentaire

Introduction au négationnisme contre les rescapés de Bisesero [2ème partie]

Je ne suis pas responsable de la pub sur cette page (imposée par l’hébergeur sans demander)
https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2017/12/19/wordpress-en-mode-pub-berk/


Sommaire :

Préambule

Chapitre 1 / La Cnlg fait la sourde oreille

1.a – Déni concernant les tirs à l’arme lourde par des « blancs » à Bisesero #13mai94

1.b – Postface en date du 29 octobre 2015
. Débat lors du colloque de l’Egam au Sénat le 19 octobre 2015
. Négation du 13 mai 1994 par Bizimana de la Cnlg le 19 octobre 2015

Chapitre 2 / Concurrence des mémoires inepte

2.a – Off avec J2* & J1* le 15 décembre 2014 à Kibuye à 11h32

2.b – Off avec J2* et J1* le 15 décembre 2014 à 12h32

Chapitre 3 / Vers Bisesero

3.a – Recherche de Bisesero avec J2* le 16 décembre 2014

3.b – Episode avant Kigarama et Bisesero

3.c – Arrivée à Bisesero avec J2*

Chapitre 4 / Bisesero sous omerta, la parole des rescapés confisquée concernant les « blancs » des 12 et 13 mai 1994

4.a – Départ de Bisesero avec J2*

4.b – Off avec J2* & B’ de la Cnl’ par tel’, post Bisesero le 16 décembre 2014 à 13h27

4.c – Off avec J2* & le responsable de secteur de Rwankuba par tel’, de Bisesero vers Kibuye le 16 décembre 2014 à 13h49 

4.d – Off avec J2* le 16 décembre 2014 à 16h03 en redescendant de Bisesero vers Kibuye

Chapitre 5 / Le prétexte d’Arusha

5.a – Off avec J1* et J2* le 16 décembre 2014 à Kibuye post Bisesero à 19h39

5.b – Etat d’âme le 17 décembre 2014 à Kibuye

Chapitre 6 / La censure des ouvrages de Serge Farnel et de Bruno Boudiguet au Mémorial de Bisesero

6.a – Off avec J1* à Kibuye le 19 décembre 2014 à 12h53

6.b – Constatations générales : loi du silence concernant les « blancs » des 12 et 13 mai 1994

Chapitre 7 / Preuves en justice

7.a Obtenir des détails

7.b – Idée démocratique pour Bisesero

Chapitre 8 / Contexte politique nauséabond non isolé

8.a – Une soumission aux autorités

8.b – Domestication

8.c  – Les églises
. Entretien avec D* le 14 décembre 2014

Chapitre 9 / Les médias rwandais face au négationnisme concernant Bisesero 

Epilogue

Annexe

 

Préambule :

Si j’ai mis autant d’années à publier cette deuxième partie, c’est qu’il était peu évident de le faire d’emblée, ceci sans le recul nécessaire, une lente maturation et réflexion à entreprendre (cet aspect anticipé en amont cela dit, sachant à l’origine que je devrais prendre le temps adéquat, et finalement mes premières impressions étaient les bonnes). Le contenu étant basé sur du off pour beaucoup, un sujet relativement complexe non défriché – tout l’intérêt car d’importance – avec des conflits de toutes parts survenus au fur et à mesure. Le fond assez douloureux à affronter en somme, et parallèlement pris par ma vie précaire à rallonge. Le résultat est donc partiel par rapport à ce que j’aurais pu entreprendre d’un peu plus complet.  Peut-être y ferais-je des ajouts tel que je procède généralement. J’offre toujours ici en lecture ouverte cette substance qui me coûte dans tous les sens du terme (financier, temps, énergie/moral, hostilités particulières de fait, toutes proportions gardées d’avec les souffrances des victimes et familles bien évidemment), car cela relève de l’intérêt commun, et mon credo politique est de ne pas faire capital au mieux (dans un monde qui pourtant vous y force).

L’état des lieux précédent, ainsi mis en exergue dans la première partie de cette Introduction au négationnisme contre les rescapés de Bisesero a montré l’immense difficulté pour avancer sur le chemin de la vérité. Après les enquêtes de Serge Farnel et Bruno Boudiguet c’est le blackout total sur Paris, notamment lors des commémorations en 2014 des 20 ans du génocide des Tutsi, et à la suite. Personne ne prend la peine d’aller écouter les témoins de Bisesero à propos des « blancs » des 12 et 13 mai 1994. En coulisses Vénuste Kayimahe fait courir le bruit que Serge Farnel a proposé de l’argent aux rescapés, faussant ainsi le rapport avec les faits transmis. La calomnie nourrit des émules. Jacques Morel en fait écho toujours, auprès de Survie particulièrement. Rien ne tient de ces élucubrations perfides. Mais bien plus inquiétant encore donc que les atermoiements parisiens ou internationaux est la réaction sur place au Rwanda, plus ou moins indépendamment de ce qu’il se passe en France et ailleurs.

Chapitre 1 / La Cnlg fait la sourde oreille
1.a – Déni concernant les tirs à l’arme lourde par des « blancs » à Bisesero #13mai94
Publié le 14 février 2017 https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2017/02/14/deni-concernant-les-tirs-a-larme-lourde-par-des-blancs-a-bisesero-13mai94/

https://www.youtube.com/watch?v=cMNGHF-zAz4

Lorsque Illuminée Dusabemariya une guide de la CNLG au mémorial de Bisesero s’improvise quasiment « experte en balistique » le 16 décembre 2014, cela donne un révisionnisme vis à vis des témoignages de rescapés de Bisesero recoupés initialement par les enquêteurs Serge Farnel puis Bruno Boudiguet, comme de façon plus réduite par Matjules à la suite.

Cet aspect a déjà été communiqué dans les retranscriptions & archives vidéos des interviews faites par Matjules dont la principale somme est déjà disponible ici : https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2016/12/04/rushes-itw-par-matjules-de-temoins-de-bisesero/

Matjules y a opposé la contradiction peu avant, et constatant les blocages ou contrôles en amont pour simplement pouvoir parler aux basesero ceci 20 ans après le génocide des Tutsi (comme les enregistrer en lien avec une aide pour la traduction) particulièrement sur les lieux en arrivant, après la contrainte d’un accord oral stipulé et obtenu lors d’un échange téléphonique le 12 décembre précédent de Kigali auprès de Mr Bideri de la CNLG, redélimité ou précisé au seul Mémorial de Bisesero une fois sur place et non dans le secteur, en interface avec la guide intransigeante et Mr Bideri joint à nouveau par téléphone pour confirmation ; les efforts de l’interlocuteur J2* pour ne pas rester sur les collines de Bisesero & alentours ensuite suffisamment longtemps également, avec le prétexte néanmoins compréhensible d’un retour tardif vu le trajet compliqué, quitte à hypothéquer pour Matjules de fait le sens de sa venue de France, sauf à lui proposer le filtre du responsable de secteur joint au téléphone en redescendant ; ainsi que l’absence des ouvrages respectifs de Serge Farnel et de Bruno Boudiguet au Memorial de Bisesero à ce moment là, hormis ceux qu’il avait lui-même ramené (une soustraction équivoque signifiée étrangement par l’interlocutrice J1* le 19 décembre à Kibuye en off, et qui correspond) ; comme la négation notamment par la guide respective de la présence de militaires « blancs » à Bisesero le 13 mai 1994, vu comme un « mensonge » tel qu’indiqué précédemment, l’esprit fut alors de ne pas s’énerver au possible ni froisser davantage et laisser dire en toute diplomatie la version toute faite de cette employée habilitée, d’un récit visiblement préparé par les autorités en place, comme constaté successivement, avec finalement l’exemple le plus représentatif ultérieur accessible en postface ici : https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2015/03/20/introduction-au-negationnisme-contre-les-rescapes-de-bisesero-1ere-partie/


Avis à celles et ceux qui auraient pu s’y rendre sans complications financières explicites, et en relative maîtrise du contexte historique a minima notamment, vous avez de longue date davantage de possibilités d’obtention/partage direct et autonome de faits et vérités, comme de la critique de leurs négations concernant le génocide des Tutsi, dont les participations de militaires « blancs » à l’arme lourde les 13 et 14 mai 1994 à Bisesero. Ne pas s’être employé personnellement à faire surgir ces éléments équivaut à la rétention d’une possibilité assez évidente de clarification/dévoilement de la situation, quand bien même un engagement vu comme collectif en ce sens a pu apporter énormément.


Cette publication n’est pas exclusive. Vous pouvez donc la reprendre dans vos différents médias, et commenter (en évitant les insultes et le mépris). Ceci sans altérer le contenu, ni le déformer. Citer des passages est bienvenu, en respectant le sens, et précisant la source. Cette explication est juste indicative. N’hésitez pas à nous signifier votre intention ou soutien

1.b –  Postface en date du 29 octobre 2015 : Une mise à jour de cette introduction https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2015/03/20/introduction-au-negationnisme-contre-les-rescapes-de-bisesero-1ere-partie/ sera faite prochainement au mieux, en fonction de ce qui a pu être dit et orchestré lors du Colloque de l’Egam au Sénat le 19 octobre 2015, avec un Kouchner absent : Védrine et Juppé certes enfin nommés, néanmoins rapidement, comme responsables des complicités françaises par Abtan en tribune, mais pas François Mitterrand aux manettes, ni la stratégie de stigmatisation d’ennemis intérieur extérieur de l’école de guerre de Paris ; encore moins contesté évidemment l’invraisemblable « corridor humanitaire » du french doctor sous la protection a fortiori de Bagosora ; pas plus abordé l’aspect des militaires « blancs » des 13 et 14 mai 1994 (ou le probable fusible des mercenaires). Ce que j’ai rappelé au micro, dans le peu d’espace de débat https://soundcloud.com/collectifillupolitiques/debat-lors-du-colloque-de-legam-au-senat-le-19-octobre-2015 disponible, en synthétisant ces principales participations – ou coupables français – ainsi en cause lors du génocide des Tutsi (cf. ci-dessous). Des vérités essentielles à investir : cette hiérarchie des responsabilités, encore masquée ici (un voile sur l’Histoire tel que l’organise le paysage « critique » à ce sujet, si ce n’est grosso modo à ma connaissance La Nuit rwandaise et le CIIP). Avec soudain alors, Jean-Damascène Bizimana https://soundcloud.com/collectifillupolitiques/negation-du-13-mai-1994-par-bizimana-de-la-cnlg-le-19-octobre-2015 (cf. ci-dessous), secrétaire exécutif de la CNLG comme pare-feu négationniste de la parole des Basesero (quoique dans la continuité de ce que j’ai découvert sur place au Mémorial de Bisesero en décembre 2014 https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2017/02/14/deni-concernant-les-tirs-a-larme-lourde-par-des-blancs-a-bisesero-13mai94/, avec les exécutants Bideri joint au téléphone de Kigali puis à Bisesero, et « Immaculée » [correctif: Illuminée] guide de la CNLG à Bisesero).

   . Débat lors du colloque de l’Egam au Sénat le 19 octobre 2015
https://soundcloud.com/collectifillupolitiques/debat-lors-du-colloque-de-legam-au-senat-le-19-octobre-2015
Matjules à 5’48 : Je synthétique. Alors Matjules du Collectif d’Innovations politiques. J’ai entendu lors de ce colloque aujourd’hui donc les accusations sur Védrine et Juppé. Donc je suis assez réjoui de ces accusations que je n’entendais pas forcément lors d’autres moments où on se réunissait à chaque fois. Par contre je n’ai pas entendu encore jusqu’à tout de suite d’accusations sur trois principaux responsables qui sont à mon avis François Mitterrand qui a été nommé en tant que responsable par la Commission Mucyo déjà il y a quelque temps, il y a plusieurs années. Je n’ai pas entendu non plus sur l’Ecole de guerre de Paris quelqu’un manifester une critique aujourd’hui, alors que Périès et Servenay en ont déjà parlé : les stratégies de stigmatisation d’ennemis intérieurs extérieurs qui peuvent provoquer encore de nouveaux génocides, car on apprend aux militaires à penser de cette façon là. Il suffit qu’un pouvoir effectivement d’extrême droite qui vienne et sous 30 ou 40 ans cela se reproduit. Et également je n’ai pas entendu parler des militaires « blancs » du 13 mai. J’ai rencontré 6 témoins à Bisesero [à Kibuye et Kigali après avoir été bloqué à Bisesero quant aux possibilités de parler à des basesero] en décembre 2014. Ils m’ont confirmé 5 sur 6 ce que disaient d’autres témoins, les basesero qui ont parlé à Serge Farnel et à Bruno Boudiguet (80 témoins recoupés). Je sais que beaucoup de gens considèrent les méthodes de Serge Farnel comme négatives donc c’est écarté de certains universitaires pour juger de la crédibilité de ces témoignages [calomnie via Jacques Morel notamment]. Mais moi je suis allé rencontrer et ces 6 témoins, 5 en tout cas ont confirmé. Donc j’aimerais que l’on se penche là dessus. Et dernier aspect sur Kouchner. Je suis assez sceptique sur son corridor humanitaire. Il était protégé ce corridor par Bagosora. Imagine-t-on Hitler protéger un corridor humanitaire pour sauver quelques juifs !? Voilà, merci.

   . Négation du 13 mai 1994 par Bizimana de la Cnlg le 19 octobre 2015
https://soundcloud.com/collectifillupolitiques/negation-du-13-mai-1994-par-bizimana-de-la-cnlg-le-19-octobre-2015
Jean-Damascène Bizimana, secrétaire exécutif de la CNLG : « Merci, c’est justement pour donner une précision à propos de la question que venait de poser notre ami. Je crois que les responsabilités de la France dans le génocide sont tellement graves et étayés qu’il ne faut pas vouloir en chercher d’autres. Donc voir ce qu’on fait sur la question du 13 mai tout en oubliant les responsabilités d’avant 1990 et après [on oublie aucunement], c’est vraiment très déroutant. Parce que nous en tout cas on a pas de preuves que la France était au Rwanda effectivement le 13 mai 1994. Il faut se limiter aux faits convaincants avec des preuves indiscutables [sauf que qui n’écoute pas les témoins de Bisesero et fait en sorte de filtrer de façon autoritaire et orientée !]. Je crois que ça suffit »

Chapitre 2 / Concurrence des mémoires inepte

2.a – Off avec J2* & J1* le 15 décembre 2014 à Kibuye à 11h32
J2* est rwandais en responsabilités sur Kibuye, pro FPR. J1* est rwandaise rescapée, assistante à domicile exilée en France, et propriétaire à Kigali (les survivants du génocide des tutsi ou descendants de sa famille éparpillés plus ou moins dans le monde, avec un passif d’expropriation par l’Etat rwandais post 1994).

J2* me parle des français au Kivu. J1* ne sait visiblement pas ce qu’est le M23. Je pourrais éventuellement développer à l’occasion concernant des échanges précédents et significatifs tenus avec elle.

Matjules : J1*, t’avais dit avoir lu le livre de Luigi Elongui.
J1* : « Oui mais j’écoute ce que me dit J2*. »
J2* (au style dactylographique ici) : « Projet de base militaire française au Kivu. Info pas recoupée. Pas officiel. On connait. On a pas pris des photos. On ne peut pas l’annoncer. Sinon on sait qu’ils étaient là. Des techniciens français ont appuyé la bataille avec le M23 (mouvement du 23 mars) en 2013. Défaite de Laurent Nkunda. Le gouvernement n’a jamais mis en application les accords de Kinshasa. Ils avaient signé ça en Afrique du Sud. Au Kivu, des unités de Laurent Nkunda massacrées. Certains militaires ont refusé de se déployer pour ne pas être massacrés. »

2.b – Off avec J2* et J1* le 15 décembre 2014 à 12h32
J2* et J1* me parlent de Butare, de Turquoise. Se pose le problème de la différence entre étudier les complicités et les participations de la France dans le génocide des Tutsi.

J2* : « Durant Turquoise à Murambi (préfecture de Gicongoro vers Butare), c’est vraiment au milieu de la zone Turquoise, les militaires français ont campé dans cette école technique. Ils avaient fait un terrain de volley-ball où ils jouaient. Et pourtant en dessous il y avait une fosse commune, où il y avait enterrés des Tutsi. C’est à voir avec vos yeux. »
J1* : « Sinon vous répétez les mêmes choses. Alors qu’il y a pire que Bisesero : ce qui s’est passé à Butare » [exemple manifeste du phénomène de concurrence des mémoires]
Matjules : Le problème c’est qu’en France [je l’ai constaté à l’occasion des commémorations des 20 ans du génocide des Tutsi] les gens ne veulent pas savoir ce qu’il s’est passé avec les « blancs » des 12 et 13 mai 1994 à Bisesero. Alors que la complicité de l’opération Turquoise avec les génocidaires à la mi juin 1994, les chercheurs, les historiens en parlent, et on dit que ça a existé. C’est un sujet d’étude qui est plus ou moins accepté.
J1* : « A Butare y’a des femmes qui ont été violées par des militaires. Ce n’est pas écouté. »
Matjules : « Y’a notamment Annie Faure qui s’en occupe. »
J1* : « Ca ne donne rien. »
Matjules : Dans ce cas là on ne fait plus rien. On ne s’en occupe pas. Moi je retourne à Paris.
J1* : « Ah non non non c’est ta contribution. Mais pour nous y’a l’inquiétude. Moi je me demande même Bisesero, si tu y vas, qu’est-ce que cela va donner ? »
Matjules : Ce que je veux te dire c’est qu’il n’y a pas de concurrence à faire entre les mémoires. C’est cela que je veux te dire. Là je suis à Kibuye proche de Bisesero. Je concentre mon énergie ici parce qu’en France notamment on dit [face aux enquêtes de Serge Farnel puis de Bruno Boudiguet] que les « blancs » des 12 et 13 mai 1994 c’est faux, en niant la parole des Basesero. Je suis allé à quantité de conférences, prendre la parole et agir comme je peux. Tu parles de « blancs » à Butare qui livraient les tutsi aux Interamwhe, ce qui est déjà entendu par les mondes universitaires et médiatiques.
J2* : « Ils comprendront peut-être après 200 ans ! »
J1* : « On est en colère. Tu ne sens pas comme nous. »
Matjules : C’est normal, je n’y étais pas durant le génocide des Tutsi. Mais Butare et Bisesero cela ne s’oppose pas. Complicités et participations sont deux éléments du génocide. Et j’ai toujours été en colère contre la Françafrique.
J1* « C’est ta contribution. Mais ca va te faire du mal. Les gens ne comprennent pas. »
J2* « Lui ne se décourage pas. Il ne faut pas se décourager [rires]. »
Matjules : Quand tu dis : « ils ne comprendront pas », tu parles des politiciens ?
J2* : « Oui les politiciens ne comprendront pas. »
Matjules : Tu parles des gens du peuple aussi ?
J2* : « La population ne connait pas. Ils sont très loin du Rwanda. Eux ont besoin d’informations correctes. Et les politiciens on ne peut pas les convaincre, comme Alain Juppé ! »
J1* : « …qui a planifié tout cela. Il a des informations. Les militaires ont des photos, des documents…
 »
Matjules : On est d’accord.
J2* « Tu connais A’, elle est mariée à un français qui a été pendant longtemps chef des coopérants à Abidjan. »
J1* « Ah oui je connais parce que tu m’en as parlé. »
J2* : « C’est une femme brave. »
J1* : « Elle est mariée à un français. » [Quel rapport avec être « brave » ?!]
J2* : « En 94 elle est allée à l’ambassade de France. Alain Juppé venait de Bukavu. Et il a donné le compte rendu de son voyage : « Voilà j’ai été à Goma pour installer les militaires de Turquoise ». Bon il donne son programme, ce qu’ils envisagent de faire. Et puis la femme n’a pas pu supporter. »
J1* : « Il y a des fois nous aussi on craque. »
J2* : « Elle a sauté sur lui »
J1* : « Oui oui »
J2* : « Elle l’a tenu et a crié « assassin ». Et puis les gens sont intervenus. C’était un scandale. »
J1* : « Moi aussi je peux le faire hein. »
J2* : « Et son mari a dit : ça y est c’est fini, tu m’as livré [rires] Comment tu peux commettre une telle bêtise. T’as attaqué le ministre des… »
J1* « Des fois j’engueule toujours Matt »
J2* : « Des fois il peut ne pas comprendre exactement les choses comme tu le sens. Il faut comprendre aussi que leur culture est cartésienne. »
J1* : « Ils nous maltraitent moins que dernière la bas [ !?] en plus les hutus ont des communes. Ils sont bien installés. Ils ont des nationalités. Mais nous rescapés, les papiers on te le donne ?! » [Amalgame plus ou moins conscient entre moi et les hutus parce que je suis français et que la France instrumentalisant l’ethnisme a soutenu les génocidaires (pour rappel twa, hutu et tutsi sont des groupes sociaux) ?!]
J2* : « Les hutus savent parler hein. Ne sois pas étonnée si les hutus sont tous naturalisés français. Ils commencent à rentrer dans la politique.
 »
J1* : « Les hutus essayent de se justifier »
Matjules : L’impression que tu me mêlais tout à l’heure aux hutus génocidaires. Hors il n’y a évidemment pas de hutu génocidaires à Ibuka [rencontré J1* sous ce cadre qui se critique par ailleurs] !
J1* : « Non mais les hutu peuvent te donner des infos »
Matjules : Je n’ai jamais soutenu les génocidaires, au contraire [et tous les hutus ne sont pas coupables]. Ma présence ici c’est contre le génocide des Tutsi.
J1* : « Ils ont avalé la politique. Ils vont te dire exactement comme son papa qui a fait le génocide, ou moins, mais hélas dans sa tête…. »
Matjules : Je n’ai jamais de ma vie relayé le propos génocidaire. Au contraire. Toute ma vie politique c’est l’inverse.
J1* : « Je sais. »
Matjules : Tu ne peux pas me mêler aux hutus génocidaires.
J1* : « Je ne te mêle pas à ça. Mais il peut te donner des informations qui peut… »
J2* : « Bon il est capable de comprendre, analyser les informations. Il faut faire confiance. »
J1* : « J’aimerais que tu viennes. »
Matjules : Mais je suis sur place.
J1* : « Voilà, si tu vois les os avec les cranes, là tu vas changer. C’est ca que moi j’ai vécu. Ca va rentrer dans tes sentiments. »
Matjules : Je vais aller au Home Saint Jean les voir, mais ce n’est pas la chose principale. La chose principale c’est de voir des gens qui me parlent.
J1* : « Je veux que tu vois les os d’abord, la souffrance »
Matjules : Bien sur que je vais aller voir les lieux de recueillement, c’est ce que j’ai prévu. Mais je ne vais pas m’arrêter à cela. Il faut écouter. Je ne fais pas Paris, Kigali, Kibuye, Bisesero pour voir uniquement des os !
J1* : « Vois ce qu’ils ont vécu »
Matjules : Evidemment, ce n’est pas un souci.
J1* : « J’ai connu une personne qui ne voulait pas regarder car c’est traumatisant. Quand elle a vu elle a changé. Elle a dit il y a eu un vrai massacre. »
Matjules : Je ne suis pas négationniste.
J1* : « Elle non plus. En sortant, elle a changé son discours. Elle a dit qu’elle ne savait pas que c’était comme cela. Elle a parlé aux gens avec des mots sincères. »
Matjules : J’ai déjà les sentiments concernant la souffrance depuis plus de 10 ans. Y’a même pas besoin de se poser la question. C’est quelque chose de simple. Si je m’arrête au fait de seulement voir les os, je ne servirai à pas grand-chose. Il faut écouter les gens qui racontent.
J1* : « J’ai connu quelqu’un du Congo-Brazzaville qui ne voulait pas regarder les morts car il trouvait ça trop traumatisant »
Matjules : Je suis là et j’ai prévu d’aller sur les lieux mémoriels. Mais ça c’est les choses naturelles, simples, évidentes. Y’a même pas à se poser la question.
J2* : « Monseigneur Desmond Tutu, quand il est arrivé à l’aéroport les journalistes l’ont approché. Il a déclaré qu’« on est compatissant, il y a eu un génocide mais faut pardonner ». Et puis on l’a conduit à Murambi. Quand il a vu ça il a dit : « les gens qui ont fait ça faut les fusiller tous ». Alors les gens ont éclaté de rire, lui qui prêchait le pardon. »
J1* : « Tu vas devenir Desmond Tutu [rires et sarcasmes] »
Matjules : Tu n’y arriveras pas [avec ton amalgame foireux]. Moi des ossements j’en ai déjà vu dans ma vie, sous terre, à Paris notamment [A Denfert Rochereau par exemple]. C’est autre chose. Maintenant de voir là, c’est certainement un choc, unique, singulier. Y’a pas d’ambiguïté. Un génocide ne se compare pas à des massacres. C’est effectivement facile d’arriver et de dire je connais, je sais. Je ne suis pas du tout dans la lignée de Desmond Tutu.
J2* : « Quand on voit la réalité sur le terrain, c’est insoutenable. A Murambi vous voyez des corps qui ont encore la chair.qui a séché sur les os. Vous voyez des corps de femmes avec des bâtons… »
J1* : « … qui rentrent dans le sexe. »
Matjules : J’ai passé dix ans à lire ça matin midi et soir, à entendre des témoignages. Donc lorsque je vais le voir, évidemment que ça va me choquer. Donc y’a pas d’opposition. Je n’ai jamais considéré que les complicités ce n’était rien, bien au contraire. Ca fait dix jours que tu m’attaques.
J1* : « Oui je t’attaque. »
J2* : « [rires] »
Matjules : Ce n’est pas nécessaire. Quand je suis avec Ibuka France je ne suis pas avec des génocidaires !
J2* : « Il faut la comprendre. »
Matjules : « Je suis venu de France à mes frais en étant travailleur précaire. J’arrive ici, on me dit : « ne va pas à Bisesero ». Je fais quoi, je vais à Butare ? Bah non, je suis là à Kibuye, je vais au moins voir Bisesero.
J2* : « Bon alors tout à l’heure on va aller au bureau de secteur, pour demander de venir avec quelqu’un qui la [ ?] connaît, parce que les autorités là bas ont changé. Il faut aller témoigner que je la [ ?] connais. Après on peut peut-être aller au Home St Jean voir le petit mémorial. Demain on va à quelle heure à Bisesero ? »
Matjules : Comme cela t’arrange, peut-être partir d’ici en milieu de matinée.
J2* : « 9h »
Matjules : 9h c’est bien. Et je pensais commencer par Kigarama, pour essayer de trouver Sylvain qui parle anglais et français, qui m’orientera sur Siméon.
J2* : « J’ai vu que vous avez le contact téléphonique. On peut les appeler. »
Matjules : Voilà. Je reprends. Le problème c’est que la dernière fois il n’a pas répondu, mais on peut réessayer.
J2* : « Parce que c’est seulement demain que je peux. Mercredi on a une réunion, je suis dans une commission du conseil du district qui s’occupe des affaires sociales. »
Matjules : J’ai d’autres personnes qui peuvent peut-être m’aider. Là si j’arrive à avoir Sylvain, je te le passe. Mais sinon tout le monde le connait là haut, donc on demandera sur place. Ca sonne mais ça ne répond pas. Je l’ai eu une fois, mais ça a raccroché. Ca devait mal capter. Et demain j’aurais certainement le téléphone d’Emmanuel un autre rescapé de Bisesero qui pourrait témoigner lors d’un procès qui devrait être mené, et donc avec un impact fort. Tu parlais de l’aspect cartésien.
J2* : « Oui il faut avoir des preuves solides, indiscutables. »
Matjules : Mais parfois la justice se trompe aussi.
J2* : « Oui, beaucoup même. Tu sais ici les gens n’aiment pas beaucoup cette justice là au tribunal. Des fois vous pouvez perdre le procès alors que c’est vous qui avez la vérité. C’est question seulement de présenter des preuves. Quand les juges ne trouvent pas cela suffisant, ils disent « non non ». »
J1* : « Il faut savoir parler. »
J2* : « [rires] Et se défendre. Les gens maintenant préfèrent aller vers les agunzi : les sages. Parce que eux ils appellent la population, et tout le monde vient témoigner. Et c’est difficile vraiment que la population se trompe. »
Matjules : Y’a pas de huis clos. Vous avez des aspects qui peuvent être plus démocratiques qu’en France, notamment avec les Gacaca.
J1* : « Tu vas encore souffrir, à faire comprendre ça. De leur faire comprendre que ce que l’on fait ici c’est meilleur. »
Matjules : Ca fait des années que je dis qu’en France cela ne va pas.
J2* : « Jeudi, essayez de suivre le Dialogue national à la télévision ou à la radio. Et il y a des gens qui sont pris par l’émotion. On voit comment les choses se passent. Par exemple quelqu’un qui a passé 20 ans à l’extérieur, et quand il vient et voit la liberté que la population a à s’adresser au président… Vraiment de simples citoyens ils ont la liberté de poser des questions au président. Et le président leur répond. »
J1* : « En plus il cherche des solutions. »
J2* : « Et quand il y a une autorité qui a failli à ses devoirs il le met devant la population et lui dit : « tu expliques à la population ce que tu fais, devant tout le monde ». »
J1* : « Bien sur les gens n’aiment pas cela. »
J2* : « Oui les gens n’aiment pas ça. »
J1* : « Les gens disent qu’il les tire. Mais il dit de faire autrement. Par exemple à l’époque il n’y avait pas l’électricité. Les autres avant n’avaient jamais fait. En plus c’est propre. On a jamais vu ça. Quand je regarde Kigali maintenant je suis fière. Ils ont détruit ma maison de famille certes, mais il y a de belles maisons désormais. »
Matjules : Le grand bâtiment là à Kibuye c’est quoi ?
J2* : « C’est le bâtiment de la caisse sociale. Ils ont accumulé beaucoup d’argent. C’est le grenier, les cotisations des fonctionnaires pour la retraite. Alors le président justement a dit « pourquoi tout cet argent là, vous n’investissez pas dans des infrastructures rentables ? ». C’est pour cela que dans tous les districts ils ont construit un bâtiment comme cela. Et maintenant ce que vous pouvez appeler préfecture, y’a une banque commerciale qui a ses bureaux là bas avec beaucoup de services. »
Matjules : J’ai vu qu’il y a des hôtels pour le tourisme.
J2 * : « Avant 1994 on avait deux petits hôtels ici. Maintenant il y en a beaucoup, et ça va grandir quand la route va être fini. Quand la ceinture du Kivu sera complète alors on s’attend à beaucoup d’investisseurs. »
Matjules : Là sur le plan…
J2* : « C’est ici qu’on est entrain d’asphalter. Ca va continuer de Gisenyi vers l’Ouganda. Et d’ici du Burundi. Obtenir une parcelle sur la ceinture du Kivu…»
Matjules : Ca va prendre de la valeur.
J2* : « On va commencer à récolter. Quand tu vois des milliardaires qui viennent… Les hélicoptères se posent sur notre terrain ici. Il y a des jeeps qui les attendent. Y’a un patron turc il est arrivé au bord du lac et il a dit qu’il n’a jamais vu un aussi bel endroit. »
Matjules  : Voilà, c’est un paradis ici. C’est de l’or pour le tourisme. On va bouger, il est 14h30.

Chapitre 3 / Vers Bisesero

De toutes mes pérégrinations, le flou relaté ci-dessous pour arriver sur Bisesero montre que J2* ne maîtrisait pas très bien l’itinéraire avec le chauffeur.

3.a – Recherche de Bisesero avec J2* le 16 décembre 2014
En montant vers Bisesero, passé Gishyita, j’ai le sentiment qu’on s’est trompé de route. Déjà à Mubuga un peu avant, J*2 et son chauffeur s’étaient interrompus au croisement du village, demandant à une personne transportée sur quelques kilomètres dans la camionnette, si c’était mieux de prendre à droite ou en face pour aller à Kigarama (comme j’essaie de rencontrer Sylvain as Sylvère Nyakayiro, rescapé du 13 mai 1994, y étant a priori). Tourner à gauche aurait été possible je pense. Mais la route de Gishyita me convenait également, avant de tourner ensuite à gauche pour Kigarama et Bisesero.

J*2 et son chauffeur pensant être à Kigarama, je demande « Sylvain Nyakayro ». Mais personne ne connait. On sonde deux groupes d’habitants. J*2 n’a pas le réflexe au second (dans un bâtiment semblant abandonné), mais je demande si on est à Kigarama. On me répond : Ngoma. Demi-tour donc, pour Gishyita, avant de tourner à droite. On demande « Kigarama » sur la route (après le camp tenu par une compagnie chinoise faisant les travaux de la route), sans trop de réponse claire vis à vis du plan du livre Vendredi 13 à Bisesero de Bruno Boudiguet.

3.b – Episode avant Kigarama et Bisesero
A un croisement, indiquant Bisesero à droite, le chauffeur prend à gauche. Arrivant au bout du chemin, un habitant dans la campagne sur la droite vient vers nous et nous indique qu’il faut continuer à pied, pour aller vers Kigarama (où est supposé être Sylvain).

J*2 préfère ne pas se perdre. La marche semble incertaine. A posteriori, je repense à sa tenue de ville. On fait demi-tour pour Bisesero. Plus tard je regretterai de ne pas avoir osé chercher aux alentours.

3.c – Arrivée à Bisesero avec J2*
Un homme avec un t-shirt indiquant « génocide 94… » me sert fort la main et garde sa poigne sur moi. Il semble avoir un problème psychique (ayant notamment travaillé en hôpital psy’ en France, cela m’est familier, et ne porte d’ailleurs chez moi depuis toujours aucune connotation péjorative spécifique).

Je peux me tromper quant à la chronologie des échanges avec Immaculée [correctif : Illuminée] guide de la Cnlg au mémorial de Bisesero : relativement aux aspects transmis de l’échange en montant vers le mémorial de Bisesero, ou bien une fois dedans (quelques minutes séparant ces moments). Cf. plus haut, dans le chapitre 1 : 1.a – Déni concernant les tirs à l’arme lourde par des « blancs » à Bisesero #13mai94

Crédit : Matjules

Chapitre 4 / Bisesero sous omerta, la parole des rescapés confisquée concernant les « blancs » des 12 et 13 mai 1994

4.a – Départ de Bisesero avec J2*
La période entre 14h et 16h à Bisesero me semble comme avoir passé en un instant. J’ai du malgré moi raccourcir la période de déplacement. En plus, on s’est retrouvé bloqués à plusieurs reprises par les travaux de la route menés par des chinois.

Crédit : Matjules

4.b – Off avec J2* post Bisesero le 16 décembre 2014 à 13h27
Discussion en redescendant de Bisesero vers Kibuye avec J2* en présence de son conducteur, et échange ubuesque au téléphone avec B’ (lui sur Kigali) de la Cnl[…]

J2* : « Les gens mentent »
Matjules : C’est elle qui dit ca, c’est elle qui dit qu’ils mentent.
J2* : « Non non non non, c’est pas ca »
Matjules : Si si. Les témoins ils sont ici.
J2* : « Le témoignage là c’est faux »
Matjules : Lequel ?
J2* : « Le témoignage du 13 mai »
Matjules : Mais c’est tous les gens d’ici qui disent ça. Tous les gens de Bisesero disent ca. 80 témoins. Les gens qui habitent ici. Si on va les voir on peut savoir ce qu’ils disent.
J2* : « Ils disent quoi ? »
Matjules : Si on va les voir. Si on ne va pas les voir on saura jamais rien. Si on va les voir on sait ce qu’ils disent. Là on ne peut pas se fier uniquement à une personne [Illuminée].
J2* : « Parce que vous, vous autres qui écrivez, vous interviewez des gens. Si les gens disent… Ils peuvent vous dire n’importe quoi. Et puis vous l’écrivez. Vous publiez. Et quand c’est confronté à des preuves scientifiques là, on dit « oh voilà, les gens mentent » »
Matjules : Tu me disais hier ou avant hier que les gens se réunissent. Ils parlent ensemble.
J2* : « Oui »
Matjules : Et les choses sont résolues.
J2* : « Oui »
Matjules : Donc tant qu’on ne parle pas aux gens on ne peut pas savoir. C’est en parlant aux gens que l’on peut savoir. Moi je veux aller parler aux gens d’ici.
J2* : « Et bien tu vas voir le secrétaire exécutif du secteur. Il te donne l’autorisation. »
Matjules : J’ai l’autorisation du CNLG. Ils m’ont donné l’autorisation d’interviewer à Bisesero les gens. J’ai appelé tout à l’heure. Il m’a dit j’ai la confirmation.
J2* : « Il a dit entend toi avec la dame. Parce que quand on dit les choses il y a une raison. On a une expérience qui n’est pas réjouissante. »
Matjules : Donc pour toi je n’ai pas l’autorisation de parler aux gens ?
J2* : « Je ne t’ai pas empêché. Mais je te dis ce qu’elle a essayé de t’expliquer. Si tu ne veux pas comprendre, vas y, tu vas interroger… »
Matjules : Je comprends. J’entends. Maintenant je sais que j’ai l’autorisation de Kigali. Je peux rappeler le responsable de la CNLG qui est le patron de la dame.
J2* : « Ah ah, tu me le passes aussi »
Matjules : Je te le passe. Voilà on va faire ça. On va rappeler B’.
On peut s’arrêter pour manger ?
J2* : « Les témoignages comme ca, ce sont des témoignages qui … [pas audible] des cas de justice. »
Matjules : C’est les rescapés ceux qui sont là.
J2* : « Vous les prenez comme… »
Matjules : Oui allo, Mr B’ ? Oui voilà je suis Matthieu à Bisesero. Je me permettais de vous rappeler. Je sors du mémorial. Et en fait c’était pour avoir confirmation que l’autorisation que je vous ai demandé à Kigali je l’ai toujours pour interviewer les rescapés de Bisesero ? Je vous passe J2* qui est avec moi pour que vous puissiez lui… Je n’ai pas entendu, vous disiez ? Allo ? Allo ?
J2* : « Tu me le passes »
Matjules : Je vais rappeler parce que ça… Je le rappelle. En fait j’essaie de le rappeler. Bon je vais réessayer parce que ça a raccroché. Il y a un problème de connexion.
J’ai un peu à manger.
[J2* au téléphone en kinyarwanda]
Matjules : Oui allo ? Allo ?
B’ : « Allo ? »
Matjules : Oui allo. Merci de m’avoir rappelé. Mr B’ ?
B’ : « Oui c’est bien moi »
Matjules : Ah très bien. Merci de m’avoir rappelé. Oui c’était effectivement pour l’autorisation d’interviewer les rescapés de Bisesero. Et donc je suis avec J2* qui m’a emmené en voiture, qui est [souhait de ne pas dévoiler ici ce que je précise à 9’48, notamment car en off]. Je voulais vous le passer pour qu’il entende effectivement l’autorisation que j’ai.
B’ : « Ok vous pouvez me le passer »
J2* « Allo »
B’ : « Alors… »
J2* : « [En kinyarwanda]« 
B’ : « [En kinyarwanda] »
Matjules : Merci. Tu vois j’ai l’autorisation.
Oui allo ?
B’ : « Bah je comprends pas. Disons est-ce que vous avez pu rencontrer des gens à interviewer ? »
Matjules : Pas du tout. Là pour l’instant j’ai vu personne, aucun rescapé de Bisesero. Donc j’aimerais simplement, je me déplace de France pour voir les rescapés de Bisesero et pouvoir leur parler. J’ai plusieurs personnes à voir. Après c’est vrai que c’est compliqué de trouver les personnes. Mais tout du moins on était à Bisesero tout à l’heure. Et je ne voulais pas repartir parce qu’on a pas encore parlé aux gens de Bisesero qui sont rescapés.
B’ : « Oui mais est-ce que si les rescapés sont là, normalement la pratique c’est que ces gens là s’ils sont là ils viennent pour les rencontrer au mémorial. Est-ce qu’ils sont à Bisesero ces rescapés, ceux que vous recherchez ? »
Matjules : C’est les habitants de Bisesero les rescapés.
B’ : « Alors bon si vous allez les voir chez eux là c’est le risque que vous prenez. Parce que si vous rencontrez des gens que nous ne connaissons pas… Parce que nous on garanti disons la qualité ou l’authenticité de ce que les gens disent, s’ils sont dans le cadre disons de la Commission. Moi n’étant pas là je suppose qu’il y a une personne en charge donc du mémorial qui pourrait bien vous aider à identifier les gens et à les rencontrer à l’aise. Mais au mémorial. Mais si vous allez chez eux, là je ne peux pas garantir. »
Matjules : Bah en fait au mémorial il n’y avait personne. Il n’y avait aucun rescapé.
B’ : « Oui mais si vous voulez bien collaborer avec la dame là qui est au mémorial c’est encore mieux. Parce que si vous commencez à aller à gauche à droite alors que ce sont des gens que moi je ne connais pas je ne peux pas… »
Matjules : Elle elle ne peut pas me faire rencontrer les rescapés. Donc moi je voulais simplement étant à Bisesero que J2* qui me transporte entende que j’ai obtenu à Kigali l’autorisation du CNLG pour faire les interviews.
B’ : « On vous a autorisé à rencontrer des gens à Bisesero mais dans le cadre de la Commission, donc pas en dehors. Parce que si vous allez en dehors de la Commission là vraiment c’est pas sous notre contrôle. »
Matjules : Bah en fait le problème c’est qu’il y a aucun rescapé au mémorial.
B’ : « Oui mais je vous ai demandé de… Disons que ce soit J2* que je ne connais pas d’ailleurs il vous montre Illuminée. Je lui ai dit d’aider à trouver des gens dans le cadre du mémorial. Pas en dehors, parce qu’en dehors moi je ne connais pas les gens. Et si vous rencontrez des gens… »
Matjules : J2* il s’occupe de […]
B’ : « Mettez vous d’accord avec Illuminée et J2*, qu’ils vous aident. J’ai demandé à Illuminée de vous aider à trouver des gens qui ont des choses à raconter. Et je suppose qu’il y a des gens. Il y a des rescapés à Bisesero. Mais si vraiment vous allez rencontrer chez eux, là je pense que vous comprenez bien que ce n’est pas sous le contrôle de la Commission. La Commission n’a que le contrôle du mémorial. Mais le contrôle n’est pas [inaudible] à ce que les gens disent. La Commission ne va pas au delà. Vous comprenez ? C’est pourquoi je vous disais de rencontrer cette personne la, qui est une employée de la Commission. Donc… »
Matjules : En fait elle ne peut pas me faire… Elle m’a répondu qu’elle ne peut pas me faire rencontrer les habitants de Bisesero.
J2* : « Non non c’est pas vrai ce que tu dis là »
B’ : « Elle n’a pas le droit de vous refuser cela. Ce que moi je lui ai demandé c’est d’organiser cette rencontre avec des gens qui sont… »
Matjules [pour le moins diplomate] : En fait je vais préciser : lorsque j’étais au mémorial le problème c’est que comme elle travaille je ne peux pas moi lui demander de se déplacer parce qu’elle est à son travail au mémorial. »
B’ : « Elle ne peut pas abandonner le mémorial. Bien sur vous ne pouvez pas arranger ça avec elle [inaudible] »
Matjules : Voilà c’est pour ça. Moi je ne peux pas me permettre de l’embêter, de lui demander de se déplacer alors qu’effectivement elle travaille au mémorial. Et elle m’a précisé que les personnes que je voulais voir étaient dans la région, dans le secteur mais que c’était difficile de les trouver. Moi je l’ai beaucoup remercié parce que ce qu’elle m’a dit c’était très positif. Donc j’ai beaucoup apprécié qu’elle puisse me montrer le mémorial, qu’elle puisse m’accompagner toute la visite. J’ai beaucoup apprécié. Et c’était très important pour moi de voir le mémorial. Et effectivement pour les habitants ce n’est pas de sa faute du tout. Elle travaille et c’est juste qu’elle me disait qu’elle ne peut pas m’accompagner auprès de Simeon par exemple, parce qu’on ne sait pas où est Simeon. Il est descendu avec ses vaches. C’est le contexte. Après moi je veux simplement là tout de suite que vous puissiez confirmer à la personne qui m’accompagne que j’ai l’autorisation de faire les interviews des gens qui sont ici à Bisesero.
B’ : « Bisesero c’est un village. Bisesero c’est quelque chose… Enfin moi je vous ai dit la Commission a la responsabilité du mémorial. Et toutes les personnes qui voudraient témoigner au sein du mémorial là c’est sous notre responsabilité. Si vous allez en dehors du mémorial là c’est [inaudible] responsabilité de la Commission. Donc vraiment là c’est clair. Parce que vous comprenez on ne maitrise pas, on n’a pas toute la maitrise de ce qu’il se passe là. Et on maitrise le mémorial parce que… »
Matjules : Oui j’ai bien compris.
B’ : « … parce que j’ai demandé de vous assister en tout. Donc j’ai demandé de vous assister. Si elle n’a pas fait cela et bah [inaudible] faut que je fasse… Si ce sont les gens qui sont en dehors du mémorial alors là vraiment c’est pas sous notre responsabilité »
Matjules : Donc si ce n’est pas sous votre responsabilité…
B’ : « … la responsabilité de la commune ou du secteur. »
Matjules : Ah ok d’accord, ok. Ca marche. Voilà j’ai la précision. C’est la responsabilité de la commune, du secteur à partir du moment où ce n’est plus dans un lieu où la responsabilité c’est le CNLG.
B’ : « Voilà »
Matjules : Donc lorsque c’est en dehors du mémorial c’est la responsabilité de la commune. Ok.
B’ : « De la commune. Donc vraiment c’est clair »
Matjules : Ok. Et au fait moi quand j’étais à Kigali j’avais demandé en fait cette autorisation pour effectivement ca puisse être l’autorisation non pas dans le mémorial mais que ce soit l’autorisation pour en dehors du mémorial.
B’ : « Voilà. Mais maintenant que vous êtes là je pense que vous pouvez demander à J2* peut-être de vous conduire au secteur »
Matjules : Voilà, effectivement.
B’ : « … où il y a le district. »
Matjules : Comment il s’appelle le secteur ?
J2* : « [inaudible] »
B’ : « Il faut demander. Moi je ne sais pas. Je ne connais pas. Ils sont dans… »
Matjules : D’accord.
J2* : « [inaudible] »
Matjules : Oui je vais demander à J2*. Et il m’accompagne depuis ce matin. Et avec le chauffeur qui est avec nous. Et ils font beaucoup pour moi. Donc je les remercie encore. Et je vous remercie aussi à vous. C’est beaucoup. Vous faites beaucoup.
B’ : « Ok. On va… »
Matjules : C’est très appréciable.
B’ : « [inaudible] Vous êtes patient. Je sais que ca va marcher »
J2* : [râle]
Matjules : Merci beaucoup.
B’ : « Donc on reste en contact alors »
Matjules : Merci encore.
J2* : « Faut appeler le secrétaire exécutif »
Matjules : Oui. Merci J2*. C’est super. Moi je veux faire les choses en règles, hein. Comme tu dis.
J2* : « Oui parce que c’est très important. Euh [rire] »
Matjules : Oui je veux faire comme… Tu m’accompagnes. Moi je fais comme tu veux.
J2* : « Moi personnellement… »
Matjules : En plus t’es […]
J2* : « Je suis comme quelqu’un qui t’ai amené ici »
Matjules : Voilà c’est ça, tu as une responsabilité.
J2* : « Tu es sous ma responsabilité aussi. »
Matjules : Voilà c’est ça. Donc je fais en fonction.
J2* : « Donc je ne peux pas faire les choses contre les règles »
Matjules : Exactement.
J2* : « Oui [puis il parle en kinyarwanda à son chauffeur] »
Matjules : En plus c’est bien parce que tu connais les démarches.
J2* : « Tu manges ? Tu manges »
Matjules : Ah merci. J’ai beaucoup de chance parce qu’en plus t’es vraiment très pointu sur ces choses là. Comme c’est ton métier en plus. C’est vraiment une chance.
J2* : « Hein ? »
Matjules : C’est une chance pour moi, parce que c’est ton métier. Donc t’es pointu sur ces choses là.
Ah t’en as peut être déjà. Non, je t’en donne… [on grignote]
J2* : « [En kinyarwanda] »

4.c – Off avec J2* de Bisesero vers Kibuye le 16 décembre 2014 à 13h49
Mise en relation par Jonas avec le responsable de secteur de Bisesero

J2* : « [Il parle au téléphone en kinyarwanda] Il est 15h30. Aïe il ne répond pas. Il ne prend pas le téléphone. Comment on fait ? »
Matjules : Là le monsieur il t’a dit quoi ?
J2* : « Je dois appeler d’abord chez moi, car il y a un problème.
Alors j’appelle le secrétaire exécutif du secteur d’ici.
 »
Matjules : Ah merci.
J2* : « Il ne prend pas le téléphone. Est-ce qu’il est en réunion. Je ne sais pas »
Matjules : [Par la fenêtre du véhicule] Bonjour.
[Rires d’enfants] Il fait beau à nouveau.
Ce qui serait pas mal c’est que je demande s’ils savent si Simeon est là pour au moins donner le livre, sans filmer sans interviewer. Ce que je te propose : je ne filme pas, j’interview pas. Et je demande juste s’il est là pour donner le livre.
[Par la fenêtre] Bonjour, vous connaissez Simeon Karamaga ? Merci, merci. Bonjour, bonjour.
J2* : « [Râle] Matt… »
Matjules [A fortiori on ne peut plus diplomate vu le contexte] : Moi ce que je te propose, on part quand tu veux hein. T’as pris ta journée de congés. C’est énormément ce que vous avez fait. Moi je ne vous remercierai jamais assez. … Bah oui c’est beaucoup.
J2* : « T’as pas eu ce que tu voulais. C’est dommage. »
Matjules : Non t’inquiète pas. T’as raison le temps avance. Ce que l’on peut faire c’est… On peut se donner encore une demi-heure, trois quart d’heure. Et puis après on part. Que tu puisses être tranquille.
[Par la fenêtre à une personne qui passe] Bonjour… Merci.
Bonjour, je cherche Simeon Karamaga, si vous l’avez vu ? Il est plus haut ? Tu peux nous emmener le voir ?
[La personne me répond en kinyarwanda]
Parce que j’ai un livre à lui donner.
[La personne me répond en kinyarwanda]
Moi je suis Matthieu, et je dois donner le livre à Simeon.
[J2* parle avec la personne en kinyarwanda]
La personne prononce : « Simeon Karamaga »
Matjules : Ouai, Simeon. Si tu sais où il est moi je lui donne un livre.
J2* à la personne : « Regarde, [puis il parle en kinyarwanda] »
Puis J2* parle au téléphone en kinyarwanda : « … autorisation… Cnlg… D’accord… Ok…
Bon Matt, il dit que dans 10 minutes il va recevoir une délégation qui vient du district pour l’évaluation du secteur. Alors il dit que ce serait mieux que vous leur proposiez un jour et l’heure
 »
Matjules : D’accord, ok.
J2* : « Et il se prépare et vous venez pour le rencontrer »
Matjules : Ouai. Et eux ils peuvent m’emmener à Bisesero ?
J2* : « Oui ils peuvent organiser une interview »
Matjules : Ah c’est super. Je peux faire demain ou après demain.
J2* : « Oui. Même si… Même aujourd’hui vous pouvez lui donner pour une visite demain, en disant je viens à telle heure »
Matjules : Ouai ok. Et lui je peux… Enfin cette personne je peux la voir à quel endroit ?
J2* : « Là bas, au bureau du secteur »
Matjules : Ah donc je suis obligé d’y aller maintenant ?
J2* : « Non maintenant il ne peut pas vous recevoir. Et l’évaluation ca dure une heure. C’est l’évaluation des performances. »
Matjules : Ah oui oui. En fait faut que je vienne demain…
J2* : « Alors ce qu’il demande c’est que vous lui communiquiez quand vous voulez »
Matjules : Oui demain ou après demain.
J2* : « Oui »
Matjules : Parce qu’après je pars à Kigali.
J2* : « Voilà »
Matjules : Demain ou après demain.
J2* : « Demain ce ne serait pas mieux ? »
Matjules : Demain ce serait bien oui. Et par contre pour monter je vais essayer de trouver un moyen de monter ici et de trouver l’endroit où il est parce que je ne sais pas où c’est.
J2* : « C’est le bureau du secteur » [puis il parle en kinyarwanda à son chauffeur]
Alors si vous trouvez un moyen pour y aller…
 »
Matjules : Oui voilà je vais essayer de me débrouiller pour demain.
J2* : « Vous quittez Kibuye en disant que vous allez au bureau du secteur… »
Matjules : … de Bisesero
J2* : « … de « Rwankuba ». Bisesero c’est le petit point là. »
Matjules : Ah je vais le noter, ce que tu dis. Si tu peux me le marquer ce sera plus facile pour demain, le secteur qui correspond. Merci beaucoup J2*.
J2* : « Secteur Rwankuba.
La personne qui vous amène vous dite que vous allez au bureau du secteur de Rwankuba. A quelle heure, je ne sais pas ?
 »
Matjules : Est-ce que tu as le téléphone ?
J2* : « Oui oui je vais te le donner »
Matjules : Ah merci. Comme ça ce sera plus simple. Rwankuba ok.
J2* : « [Au téléphone en kinyarwanda avec sa famille]… invitation… Ah…
Matt je te passe le numéro du secrétaire exécutif de Rwankuba
 »
Matjules : Ah c’est génial. T’es un as comme on dit en France.
J2* : « Voilà c’est là »
Matjules : Merci beaucoup. Alors Rwankuba, 07823419[…]
Ah, ça rappelle. Merci hein, comme ça j’ai le numéro et je rappelle demain.
J2* : [Au téléphone avec ses proches]

4.d – Off avec J2* le 16 décembre 2014 à 16h03 en redescendant de Bisesero vers Kibuye
Matjules : La personne qui te parlait t’avait fait la même présentation, t’avait dit la même chose ?
J2* : « Oui [inaudible] »
Matjules : C’est ça. Mais la personne t’avait parlé de Turquoise la fois précédente ?
J2* : « On a pas parlé de Turquoise. Y’a une confusion à propos des dates. Parce qu’il faut faire très attention. »
Matjules : Mais tu le savais avant qu’elle te le dise ? Ce qu’elle t’a dit tu le savais déjà ?
J2* : « Ce qu’elle m’a dit j’ai compris, parce que des fois les gens qui ont vécu effectivement là bas, des fois ils disent des choses contradictoires. Parce qu’il manque… Parce qu’ils ne savent pas se retrouver. Il s’est passé tel jour tel événement, quand tu lui demandes c’était quelle date, il ne sait pas préciser la date. Et c’est ça le problème. Vous quand vous voulez savoir, c’est : quand ! Voilà. Et lui d’un seul coup il part. Dès fois il te dit [inaudible] …telle date. Et ça créé des problèmes. »
Matjules : Mais là la dame comment elle a eu la vraie date ? Comment cette dame a eu la vraie date ?
J2* : « Non non c’est quand des français sont arrivés. »
Matjules : Mais comment elle a pu elle savoir la date, elle ?
J2* : « Quelle date ? »
Matjules : Bah euh…
J2* : « La date de… [inaudible] »
Matjules : Donc c’est bien que tout le monde sait déjà que Turquoise c’est le 26 juin.
J2* : « On sait quand… [inaudible] »
Matjules : Tu le savais déjà que Turquoise c’était en juin.
J2* : « On sait quand… [inaudible] »
Matjules : Ce qu’elle t’a dit tu le savais donc déjà ? Sur les « blancs » le 26 juin.
J2* : « [inaudible]… à moins que l’histoire ait filtré au mois de mai, avant Turquoise. [inaudible] Ce qu’on veut éviter c’est cette confusion là. Parce que ce sont des vieillards dont la santé mentale est [inaudible] … Quand vous leur demandez c’est quelle date, ils ne [inaudible] Et les choses comme ça ont contribué à innocenter des gens comme des génocidaires qui ont été innocentés à Arusha. Lorsqu’on disait « oh les témoignages se contredisent ». Donc ce qui se dit c’est faux. [inaudible]
 »

Chapitre 5 / Le prétexte d’Arusha

5.a – Off avec J1* et J2* le 16 décembre 2014 à Kibuye post Bisesero à 19h39
J2* : « On a mené des témoignages qui se contredisent, arrivé au tribunal, qu’on a ramassé n’importe comment. Y’a des erreurs. Avec l’esprit cartésien, on dit oh on a parlé de telle date, mais la chose s’est passé telle date. La personne ment. On ne peut pas prendre ça au sérieux. […] Si on accuse la France maladroitement ça retombe sur nous. Il faut accuser la France des faits. »
J1* : « C’est que nous on a peur… On sait que vous donnez l’argent aux rescapés. […] C’est arrivé à Arusha où ils ont utilisé des témoignages »
J2* : « Si vous amenez quelque chose qui n’a aucune valeur devant les tribunaux. Nous on aimerait aller lentement, doucement »
J1* : « Si tu donnes l’argent à un rescapé, il dit ce que tu veux écouter »
J2* : « A Arusha, les fameux témoins »
J1* : « Arrivés aux tribunaux ils se contredisent »
J2* : « [jouant l’interrogatoire de témoins] Dit nous c’est quand, ca s’est passé comment ? … »
J1* : « A propos de viol supposé, la dame était pas capable de répondre concernant la taille du sexe »
J1* : « Des rescapés incapables de donner des témoignages »
J2* : « Que des militaires français ayant un poids trop lourd sur eux témoignent concernant avant juin 1994 si c’est le cas ce serait intéressant. Mais les témoignages de gens fragilisés [autrement dit en contexte, il suggère : les témoins de Bisesero] des fois les tribunaux ne tiennent pas compte de tout ca. Ceux là ils se contredisent. On ne dit pas qu’ils mentent. »
J1* : « Ce n’est pas que les dates, même les témoignages »
J2* : « Je connais une journaliste rwandaise »
J2* : « Faut voir les questions qu’on lui a posé ! »
J2* : « On a perdu des procès à cause de la fragilité de témoins »
J1* : « Y’a des gens qui ont des maladies et disent n’importe quoi »
J1* : « J’ai vu une dame qui dit « j’adore raconter qu’on m’a violé ». Ca c’est une maladie »
Matjules : Les erreurs sont possibles quand une personne témoigne, mais quand c’est recoupé avec 80 rescapés [les enquêtes de Serge Farnel puis de Bruno Boudiguet] dont des héros de la résistance !

A propos de faux témoins relativement à Arusha : https://www.justiceinfo.net/fr/component/k2/8020-020707-tpirtemoins-premiere-poursuite-pour-faux-temoignage-devant-le-tpir-eclairage4820.html
….

5.b – Etat d’âme le 17 décembre 2014 à Kibuye
Revenant de Bisesero je suis particulièrement attristé : ayant affronté le négationnisme importé même localement. Ayant été soumis du coup à l’aval nécessaire d’une hiérarchie politique pour parler aux rescapés, ce qui équivaut à empêcher la liberté d’expression (sous cette mise à distance, avec le prétexte de « prudence » en contexte). Comment mieux dissuader avec l’a priori ou finalement délit d’intention collé sur qui parle librement, ceci hors titres et fonctions de pouvoir. Vous comprenez, « Arusha » a montré des limites à la vérité, aux témoignages, et plus rien ne peut se dire ! Pionnier semble-t-il face à cet aspect dramatique, j’ai alors le besoin légitime de souffler en musique, penser à autre chose, avant d’obtenir finalement en très peu de temps disponible encore vis-à-vis de mon séjour, mes interviews de rescapés des 13 et 14 mai 1994, ceci sur Kibuye et Kigali les jours suivant. Ainsi via mes contacts en amont : Serge Farnel et son entregent bienvenu. Sans lieu naturel de vie facilité, je suis poussé à m’orienter par commodité vers des hôtels internationaux pour les entretiens, ce qui me gonfle quelque peu. Et sous une forme de transfert de frais de transport, hôtel, consommation (relativement anecdotique) pour des témoins et la prestation pro’ du traducteur d’ailleurs – avec certes à l’esprit l’écart de pouvoir entre nos deux pays ne serait-ce que de la monnaie, comme des possibilités de visa selon. Mais mon vécu est prolo’ à rallonge, et sans faire de business évidemment à ce sujet, sauf à amortir providentiellement très peu des dépenses.

Chapitre 6 / La censure des ouvrages de Serge Farnel et Bruno Boudiguet au Mémorial de Bisesero

6.a – Off avec J1* à Kibuye le 19 décembre 2014 à 12h53
J1* me dit que des livres ont été retirés au mémorial de Bisesero (cet échange réalisé en présence de la nouvelle femme de J2* ainsi témoin de ses propos). Il se trouve que le 16 décembre précédent je n’y avais pas vu d’ouvrages de Serge Farnel ni de Bruno Boudiguet (alors qu’ils en avaient déposé) et j’avais présenté alors à Immaculée (correctif : Illuminée) et J2* deux ouvrages respectivement de leurs enquêtes concernant le 13 mai 1994 à Bisesero.

Matjules : Je suis étonné, t’es entrain de me dire qu’au mémorial de Bisesero ils ont enlevé des livres ?
J1* : « Oui, t’as pas entendu ça ? »
Matjules : Et tu ne sais pas lesquels ?
J1* : « Ah oui je sais »
Matjules : D’accord.
J1* : « J’ai travaillé moi aussi. »
Matjules : Mais qui avait mis les livres ?
J1* : « Je ne peux pas te dire. Je me suis renseignée : quels livres ont été retirés, pourquoi… J’ai rencontré Mucyo [guide au mémorial de Bisesero, nullement le Mucyo de la Commission du même nom]. Ce matin là il était à Kibuye. J’ai vu Immaculée [correctif : Illuminée] ici aussi, un groupe de jeunes de Bisesero. C’était l’année dernière. J’ai déjà fait Bisesero 4 ou 5 fois. Les livres ont été retirés là cette année. Les gens qui ont mis les livres, …après ils ont donné des copies. Les gens là qui ont sorti les livres ils ont dit que beaucoup de choses y sont exagérées. Le mémorial a décidé de retirer.
Matjules : Je pense que tu devrais transmettre publiquement cet aspect.
J1* : « Je ne suis pas là pour informer. Déjà ca m’aide moi pour savoir. Des gens peuvent donner des informations fausses, ou bien dramatisées. Car on leur a donné quelque chose, de l’argent. »

6.b – Constatations générales le 16 avril 2015 : loi du silence concernant les « blancs » des 12 et 13 mai 1994
Tout n’est pas nié. La plupart des découvertes des 20 dernières années (principalement durant les faits en 1994), progressivement admises au-delà du Rwanda ne font pas vraiment polémique sur place. Ainsi avec bien sûr la reconnaissance évidente de la présence active de l’armée française lors de l’Opération Turquoise, très justement critiquée concernant fin juin 1994 (le fait notamment de livrer des tutsi aux Interahmwe, les premiers jours, en les faisant sortir de leurs buissons, sans les protéger donc). Mais rien, aucune information, si ce n’est une négation généralisée à propos des 13 et 14 mai 1994 à Bisesero concernant les « blancs » qui tirent sur des tutsi, ainsi lors des plus grands massacres. Aucune information à ce propos au Mémorial de Bisesero (les ouvrages de Serge Farnel et Bruno Boudiguet absents), mais sa négation via la gardienne des lieux envoyée par sa hiérarchie sur place pour y travailler ; pas davantage au Mémorial de Kigali, ni à Kibuye.

Serge Farnel et Bruno Boudiguet ont certes pu s’impliquer, être interviewés de façon courageuse en ce sens. Le climat général, officiel, et de compréhension de la population rwandaise n’y est pas encore a fortiori, loin de là (sans blâmer tout le monde pour autant). Quand bien même ses représentants principaux savent certainement l’essentiel depuis longtemps.

Pour résumer à chaud mon séjour au Rwanda : j’ai rencontré des rescapés de Bisesero, entre le 16 et le 21 décembre 2014. Ils m’ont confirmé, à partir du 18 décembre (sauf un, contradicteur), cet aspect du 13 mai 1994 à Bisesero. Ce qui ne m’a pas surpris.

Chapitre 7 / Preuves en justice (16 avril 2015 à 19h27)

7.a – Obtenir des détails
Le problème des preuves vis-à-vis d’un tribunal se pose en ce début 2015. Les témoins rencontrés n’ont pas particulièrement de détails spécifiques à préciser (tenues des assaillants, lieux exacts, recoupements avec d’autres rwandais). Ce qui n’est évidemment pas de leur faute. Il semble donc difficile pour des institutions juridiques de s’y mettre, et de tenir leur rôle prétendu. D’autant que les Basesero disent même ne pas parler entre eux de ce qu’ils ont vécu (sauf si on leur demande).

Et ils manquent globalement de moyens symboliques comme financiers pour se faire entendre : une dépendance aux labeurs difficiles (travail dans des carrières, comme taxi, etc…), ou occupés par des taches rurales afin de faire vivre leurs familles. Ce qui offre peu de temps et libertés. De même, l’accès routier est encore en chantier pour Bisesero, via une compagnie chinoise (constatation faite fin 2014).

7.b – Idée démocratique pour Bisesero
En 2014 j’ai proposé de façon informelle autour de moi, l’idée de 40 volontaires non éclairés – venant de France notamment, qui se rendraient au Rwanda pour écouter des témoins de Bisesero concernant les 12 et 13 mai 1994 : des rescapés avisés qui seraient favorables pour cela à recevoir telle délégation, dans les 80 recoupés des enquêtes de Serge Farnel et Bruno Boudiguet, et davantage si besoin. Ainsi des personnes novices, pas bloquées comme avec l’Egam ou via Saint Exupery & leurs accompagnants, alors en mode écho et service commandé ou presque par B.Kouchner. Car qui finance cette sorte de SOS Racisme européen : un certain bord politique et convenu. Des gens non informés donc neutres, qui écouteraient et reviendraient avec la version des témoins de Bisesero concernant les « blancs » de la grande attaque, ça changerait vraiment de l’Egam et leur petit comité pro’ Saint Exupery sur ce dossier, ou leurs « belles » tribunes offertes dans Libération. Ceci avec la préoccupation de l’urgence, ainsi avant que des rescapés ne disparaissent (l’âge faisant pour les plus anciens).

Et surtout il compte de s’ouvrir sur un public non acquis, mais libre. Rendre ce lien concret/direct dans les têtes de nos semblables, pouvant poser des questions et entendre ces témoins : ainsi dire « on les a écouté ». A tout niveau intermédiaire d’analyse, cela porte sens. Car la démocratie se constitue du collectif, peu importe le nombre, et se détermine avec ses balbutiements.

Aucun intérêt et c’est un euphémisme de reproduire un schéma qui enferme encore plus, empêche l’équité, le bien commun, en consolidant des antagonismes légitimes basés sur la calomnie contre les témoins recoupés par Serge Farnel et Bruno Boudiguet (auditionnés à Bisesero, Mubuga, ou Kibuye…). Le problème de milieux concentriques et restreints avec un manque d’interactivité. Il est évidemment difficile de faire agora, de toutes parts, et donc démarrer par et avec les gens. Il importe de penser un dispositif à l’écoute du public, l’ouverture au débat. Ainsi le bon sens en avant, celui d’ailleurs du conte d’Andersen rappelé par Bruno Boudiguet à plusieurs reprises, d' »enfants » qui peuvent indiquer aux « adultes » ce qui fait sens, le commun, avec simplicité.

Les spécialistes n’empêchent pas les génocides. Laisser se réaliser ce travail historique avec des témoignages est certes nécessaire pour les générations futures, mais acceptons les tâtonnements imparfaits du public, non éclairé, car on parle bien de FRANCE… AFRIQUE. Sans la population, cela ne changera jamais. Une solution à tester est de se relier avec d’autres structures, plus mainstream (comme un lieu qui fait aussi du corporate au pire). Cette concession possible et ponctuelle au système marchand, François-Xavier Verschave l’a bien fait avec la Fnac lors de ma création de Survie Rouen. Ceci parce que les « cons » de français comme l’on a pu entendre via la hargne légitime de Mongo Beti avec Odile Tobner Biyidi et leur édition Peuples noirs peuples africains sont davantage là justement. Mettre en sourdine par stratégie ou étape certains rejets catégoriques comme de fond, mais pas essentialistes et absolus ; également la nervosité, l’agressivité, les stigmatisations en boucle, inutiles. Le dialogue est nécessaire. Les uns suivent, d’autres se trompent…

Cependant le faisceau de preuves en justice est là, tout de même : plus de 80 témoins ont été interrogés via Serge Farnel et Bruno Boudiguet. Comme indiqué déjà, j’ai eu confirmation par 5 d’entre eux sur 6 témoins entendus, à propos des militaires « blancs » leur tirant dessus les 12 et 13 mai 1994.

Chapitre 8 / Contexte politique nauséabond non isolé

J’ai relaté de Kibuye le 16 décembre 2014 mon sentiment à chaud, vers mes contacts circonstanciés, concernant le phénomène tragique de la construction d’une forme de concurrence des mémoires (cf. plus haut), que je diffuse donc enfin ici : si on va à Bisesero et que l’on dit que c’est important, des rwandais peuvent te sortir que ce n’est pas plus important que Butare, etc… De même, on te balance un mauvais diagnostic sur place : que la complicité française ce n’est pas entendu en France. Alors que si. Et donc certains en sont encore au stade de : « les français ne savent rien ». Et puis il y a vraiment une défiance vis-à-vis des français, légitime. Des rwandais entraînent vers l’aspect Turquoise de la mi juin 94 parce qu’ils pensent que personne s’en occupe.

A fortiori beaucoup de rescapés ne connaissent pas les massacres vécus par d’autres rescapés. Ils savent qu’il y a eu le génocide des tutsi évidemment. Mais Bisesero par exemple, ce n’est pas forcément privilégié dans leur mémoire, quant ils n’avaient pas en leurs positions ailleurs ces collines pour se protéger (lorsqu’ils se faisaient massacrer sans être en en hauteur). Une des raisons du blocage concernant le 13 mai 94 pourtant considérable en matière de tueries, et décisif quant à l’impact global avec une neutralisation de la résistance.

Ils disent et je répète : « pourquoi on parlerait de Bisesero, si on ne parle pas de Butare, etc… » Ils peuvent exprimer : « mais vous n’avez pas demandé ailleurs s’il n’y avait pas des « blancs » qui tiraient sur les tutsi ! ». Ou trouver déjà les complicités françaises comme suffisamment graves.

Ils veulent juste, certains, qu’on se prenne la claque de ressentir la douleur, apprenne de cela. Que l’on montre de la compassion… Moi je refuse cette concurrence des mémoires. Les enquêtes n’ont pas à s’opposer mais doivent être plus nombreuses. Pas simple… Quand tu te retrouves même obligé de te cacher de tes hôtes pour investiguer, c’est pathétique le contexte (même si je l’ai déjà vécu encore plus personnellement et sans rapport).

Je ne m’y attendais pas, mais j’ai effectivement constaté le négationnisme sur place au Rwanda, avec ainsi un phénomène de concurrence des mémoires affligeant, comme une soumission aux autorités, un mécanisme de domestication effrayant et décomplexé, l’argent roi, les églises encore et toujours lobotomisantes. Enfin, tout un arsenal explosif et contraignant vis à vis des libertés (que mon court séjour même si préparé ne peut seul développer ou mettre en évidence).

8.a – Une soumission aux autorités
Ceci malgré des phénomènes exemplaires du vivre ensemble (exemple de l’umuganda, etc), les réparations… Il y a tout un arsenal explosif et contraignant vis à vis des libertés. Adoration du pouvoir, de soi, sa représentation. Certes il s’agit d’un mécanisme compréhensible et non exclusif au Rwanda bien évidemment. Constaté effectivement le négationnisme, comme ailleurs. Ce qui est particulièrement choquant venant de rescapés, pouvoirs locaux, guide de la Cnl’…

8.b – Domestication
Etre rescapé ne confère pas l’absolue pureté. Dans certaines familles on apprend aux filles à faire les tâches ingrates pour les hommes (sous prétexte de tradition). Des jeunes ou plus âgés, précaires, coupés de leur famille et milieu font toutes les taches laborieuses, quasi 24 heures sur 24. En étant en marge des maisons dont ils doivent s’occuper. Une domestication choquante, calquée sur le capitalisme occidental qui l’influence (présence de l’ambassade américaine particulièrement imposante sur les hauteurs de Kigali, la politique actuelle du Rwanda connectée également au pouvoir israélien fasciste, à l’Afrique du sud corrompue, etc).

8.c – Les églises
Pentecôtistes, témoins de Jéhovah, évangélistes de toutes sortes pullulent dans les têtes. Ils profitent d’un désarroi et pauvreté matérielle évident. Les lieux de communion pour chanter et adorer dieu, se rassembler fédèrent quantité de croyants. Au delà du prosélytisme pour capter une manne financière, une attention et un pouvoir explicite, j’ai même assisté à une publicité pour les téléphones Apple orchestrée par un médecin en forme de prêche vers une population bien loin de ce type de priorité. L’ironie du sort veut que le discours incite à donner et dans le même temps se sentir aidé dans ses douleurs. Autrement dit le serpent se mort la queue, l’entourloupe est là. On séduit et capte auprès de nécessiteux avec un discours de solidarité.

Pour exemple, D* aux prêches quotidiens, motivé jusqu’à me faire participer (lancement de la prière du soir dans une habitation), m’ayant répété quantité de fois de venir avec lui dans sa paroisse à Nyamirambo (secteur animé du district de Nyarugenge à Kigali), et au vécu bien lourd. J’ai été amené à faire des demandes d’aide chirurgicale pour lui en Ile de France. Aucune église se pavanant pourtant de philanthropie n’a mis réellement des moyens à disposition pour des soins conséquents vers lui.

. Entretien avec D* le 14 décembre 2014
Matjules : D*, tu as subi de nombreuses opérations chirurgicales pour reconstruire ton corps. Peux-tu nous raconter?
D* : « Lors du génocide, en juillet, je n’avais que trois ans. Je ne me souviens pas de grand-chose du génocide. Si ce n’est que j’étais avec ma Maman lorsque les Interahamwe (miliciens) ont tué ma Maman. Et  ils m’ont juste frappé, blessé avec un sabre ou un couteau, au-dessus des yeux, ici, à la joue/mâchoire. Tu peux me prendre en photo. Et ces blessures ont paralysé une grande partie de mon visage. En ce moment, je n’ai plus les moyens pour aller à l’hôpital, car cela me coûte trop cher : les opérations et hospitalisations. »
Matjules : Tu avais donc trois ans lors de ces évènements ?
D* : « Oui. »
Matjules : Combien t’ont coûté les interventions chirurgicales pour reconstruire ton corps, ton visage ?
D* : « Je ne sais pas vraiment… Ma tante nous a envoyé de l’argent pour que je me sente mieux : remodeler mon corps, mon visage. Mais rien n’a véritablement changé. Tu sais, ouvrir ma bouche pour manger ou parler me fait atrocement souffrir. Ma bouche reste figée. Les os de la mâchoire se bloquent. »
Matjules : Aujourd’hui, de quoi as-tu besoin, pour ton corps ?
D* : « Tout ce que je souhaite c’est aller mieux. Récupérer mon visage, mon corps… »
Matjules : Les hôpitaux peuvent te venir en aide, non ?
D* : « Seulement à l’étranger. Car ici, au Rwanda, nous n’avons pas de médecins spécialistes, et donc ils ne savent pas faire une opération comme celle ci… J’ai vraiment besoin d’un spécialiste qui puisse m’aider. »
Matjules : Et sais-tu dans quels pays peut-on réaliser cette intervention chirurgicale ?
D* : « Tous les hôpitaux possédant  les moyens et chirurgiens spécialistes peuvent m’aider. Il s’agit d’une opération très complexe. Parce qu’au Rwanda les spécialistes étrangers qui sont venus me voir ne m’ont rien fait… J’ai vraiment besoin que l’on m’aide… »

Chapitre 9 / Les médias rwandais face au négationnisme concernant Bisesero 

Beaucoup d’efforts restent à faire face au négationnisme sur place. Quelques avancées sont là, certes, fort heureusement suite aux témoignages des rescapés de Bisesero, et aux enquêtes de Serge Farnel et Bruno Boudiguet. Le 19 décembre 2014 j’ai demandé à André Gakwaya, traducteur alors de mes interviews de témoins de Bisesero, si l’Agence Rwandaise d’Information (ARI) qu’il dirige avait parlé des « blancs » du 13 mai 1994. Il m’a répondu qu’ils ont fait plusieurs articles déjà, et qu’il va me montrer. Ces aspects que l’on a pu retrouver effectivement en accès libre sur leur site web : http://www.rnanews.com/health/8486-participation-directe-de-soldats-blancs-au-plus-grand-massacre-de-masse-anti-tutsi (sauf erreur, le lien url est cassé malheureusement). Une couverture médiatique obtenue principalement par Serge Farnel au Rwanda : http://www.bisesero.net/pages/dans-les-medias/agence-rwandaise-d-information-1.html Mais le mécanisme négationniste s’y attaquant se met en place à la suite. Et mon enquête se trouve prise sous ce prisme, à évaluer comme affronter sommairement sur les lieux le déni correspondant.

Epilogue :

Entre les lignes, ce qui m’a semblé le plus explicite et significatif de ce qui tend les rapports de fond au Rwanda sont la peur de la France bien présente, ainsi constatée fin 2014 lors de mes échanges à Kibuye particulièrement, et le prétexte d’Arusha (ses faux témoignages) pour ne plus rien entendre, une aliénation. Enfin l’esclavage à domicile sous alibi de donner du travail est globalement tabou, à dénoncer avec verve et sans relâche.

Matjules


Annexe :

Récapitulatif succinct, en dehors de quelques moments de découvertes culturelles bénéfiques, mon séjour se résume à ses aspects politiques visés :

– Visite des mémoriaux de Kigali, Kibuye et Bisesero, avec l’autorisation d’interviews par la Cnlg (problématique : autorités locales nullement autonomes limitant les possibilités d’écoute de témoins/rescapés).

– Interviews à Kibuye de témoins/rescapés de Bisesero : Emmanuel, Jb as Pylone, Sylvain, et Adrien ; à Kigali : Boniface, et Marcel (fils de Birara, leader de la résistance le 13 mai 94 à Bisesero). Les ai fait venir successivement de Bisesero via André, traducteur sur place, et l’aide/intermédiaire de Serge (en contact avec Bruno). Ceci de façon indépendante cela dit, et à distance.

– Vu Samuel à Kigali, témoin/rescapé, en présence de Julienne, via Laurent du Criaeau. Il a refusé de témoigner (cela fait partie du sujet à étudier/apprécier, et je pourrais développer cet élément éventuellement).

– Rendez-vous avec Privat de l’Agence Rwandaise d’Information.

– Croisé par hasard et de façon anecdotique le Ministre de la Sécurité au Novotel de Kigali, sortant d’une conférence sur l’Islam.

– Accueilli à Kigali dans trois maisons de quartiers différents socialement (dont une discussion en privé avec un député à la suite du Dialogue national) ; une après midi en campagne proche de Kigali ; hébergé au Collègue de Kibuye avec les professeurs, et repas avec le principal/conseiller du district.

– Assisté à trois messes dans trois églises différentes respectivement à Kigali et Kibuye (dont Pentecôtistes et Évangélistes). Ces aspects se critiquent.

–  Passé au Serena hotel, Mille Collines, Novotel à Kigali ; Hotel Bethanie, Home St Jean et Ste Marie à Kibuye, sans y dormir (logé dans des familles & une université locale via des liens certes anticipés mais spontanés, un choix tourné vers davantage d’authenticité dans les rapports).


Précédemment :
https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2016/12/04/rushes-itw-par-matjules-de-temoins-de-bisesero/

https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2015/03/20/introduction-au-negationnisme-contre-les-rescapes-de-bisesero-1ere-partie/

https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2018/09/01/quand-morel-attaque/

https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2017/12/20/la-kouchner-mania-dabtan-en-clash-par-matjules/

https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2015/02/15/campagne-dartistes-le-ciip-pour-le-rwanda/

http://francafric.free.fr


A la suite :
https://politikisback.wordpress.com/2019/02/20/en-silence/


https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7oise_Verg%C3%A8s (Wikipedia se critique par ailleurs)


https://survie.org/auteur/claude-chenaud (Survie se critique par ailleurs)

Publié dans 13 mai 1994, 1994, 2019, Abtan, Action, Actions, Adrien Harolimana, André Gakwaya, Basesero, Benjamin Abtan, Bernard Kouchner, Bideri, Bisesero, Blanc, Blancs, Boniface Mutuyemungu, Boudiguet, Bruno Boudiguet, Calomnie, Calomnies, Capitalisme, Censure, Chercheurs, CIIP, CNLG, Collectif Innov'/Illu' politiques, Colloque, Colloque de l'Egam au Sénat, Colonialisme, Colonialiste, Commémoration, Commémorations, Complicité, Complicités, Concurrence, Conflit, CRIAEAU, Critique, Désinformation, Domestication, Domestiques, Domination, Dusabemariya, Egam, EgamGate, Elysée, Emmanuel Karibana, Engagement, Enquête, Eric Nzabihimana, Esclavage, Etat, Exilés, Exploitation, Farnel, FPR, Françafrique, François Graner, François Mitterrand, France, Génocide, Hiérarchie, Histoire, Honnêteté, Humanisme, Hutu, hypocrisie, Ibuka, Ibuka France, Idées, Illuminée Dusabemariya, Immaculée, Interahamwe, Interview, Interviews, Israel, J.B.Hakizimana, J1*, J2*, Jacques Morel, Jean-Baptiste Hakizimana, Juillet 94, Justice, Kagamé, Kibuye, Kigali, Kivu, Kouchner, Laurent Beaufils, Laurent BEAUFILS-SEYAM, Libéralisme, Luigi Elongui, Marcel Harelimana, Massacre, Matjules, Médias, Mémoire, Mensonge, Michel Sitbon, Militaire, Militaires, Militaires "blancs", Morel, Négationnisme, Néocolonial, Néocolonialisme, Negationnisme, Off, Paris, Parole, Partage, Participation, Participations, Paul Kagamé, Politique, Pouvoir, procès, Propriété, Pylone, République, Résistance, Résistances, Republique, Rescapés, Responsabilité, Rwanda, Rwanda20ans, Sénat, Serge Farnel, Silence, Soutien, Soutiens, Survie, Sylvain Nyakayiro, Système, Témoignage, Témoignages, Témoins, Témoins de Bisesero, Tirs, Tueries, Turquoise, Tutsi, Université, Vénuste Kayimahe, Verticalité, Violence | 3 commentaires

Quand Morel attaque !

La partialité et le mensonge sont de mise (cf. liens #1 et #2 avec les contenus litigieux dans la sous partie « 13.1 Des Français le 13 mai à Bisesero ? » précisés en copie ci-dessous), Jacques Morel oubliant volontairement 5 des 6 rescapés basesero interviewés par Matjules au Rwanda en décembre 2014 avec en réalité un seul (Adrien Harolimana) qui contredit sa version précédente et non pas « nombre d’entre eux » ! Notre historien du génocide des Tutsi est peu disert (c’est même un euphémisme de le signifier) quant à ce que confirment Emmanuel Karibana, J.B.Hakizimana, Sylvain Nyakayiro, Boniface Mutuyemungu et Marcel Harelimana. Et cela se prétend intègre et rigoureux. La preuve que l’on ne peut faire totalement confiance en ce dit « spécialiste de la politique française en Afrique » (tant apprécié de « Survie low cost » après feu Verschave) usant de la négation concernant les témoignages relatifs aux « blancs » des 12 et 13 mai 1994. Il ne cite pas les sources concernant son affirmation qu’il y a au pluriel d' »autres personnes » venues réinterroger ces rescapés basesero après Serge Farnel. Pas davantage il n’indique ici l’ouvrage « Vendredi 13 à Bisesero » de Bruno Boudiguet (éditeur également des enquêtes de Serge Farnel « Rwanda, 13 mai 1994, Un massacre français ? » avec L’Esprit frappeur et « Bisesero. Le ghetto de Varsovie rwandais » de même chez Aviso) fort à propos justement, confirmant avec nombre d’entretiens – plus de 80 témoins explicites à eux deux Serge et Bruno successivement – la présence et participation de « blancs » lors de la grande attaque. Est-ce que Morel épargne Bruno en ces lignes (pas toujours le cas) pour ne pas trop le froisser publiquement et directement comme il a avec d’autres en écho (chicayas via à l’origine Eric Nzabihimana ou Vénuste Kayimahe et la hiérarchie institutionnelle en place visiblement) calomnié systématiquement Serge Farnel à l’initiative en amont sur ce point ? Ou bien c’est juste pour masquer l’importance de la somme de témoignages réunie dans « Vendredi 13 à Bisesero » corroborant l’enquête de Serge. Au final Morel survole en quelques phrases cet aspect longuement étayé au coeur de ce qu’il reste à dire face au négationnisme entourant le génocide des Tutsi, et est malhonnête dans son procédé. Les témoins de Bisesero apprécieront une fois de plus le manque d’écoute abyssal, sauf à servir les verticalités de représentants de toutes parts là pour la jouer encore et toujours d’énièmes filtres de pouvoir sur la réalité ! Précisons qu’en la date du 20 juin 2016, celle des publications de Jacques Morel en versions 1.5 puis 1.6, Matjules n’avait pas encore diffusé les interviews de Boniface Mutuyemungu ni de Marcel Harelimana, mais c’était annoncé pour prochainement (ce qui fut réalisé). A voir donc si Morel a fait depuis une version 1.7 moins orientée au bas mot ou s’il est resté dans un flou fallacieux qui confine à l’amateurisme volontaire à ce niveau.

Ainsi #1 :
« L’état des connaissances sur le rôle de la France dans le génocide des Tutsi » Jacques Morel le 20 juin 2016, v1.5 https://ecirtam.net/autoblogs/autoblogs/frglobalvoicesonlineorg_0e319138ab63237c2d2aeff84b4cb506d936eab8/media/e6c85132.RoleFranceRwanda2016.pdf
Page 42
« 13.1 Des Français le 13 mai à Bisesero ?
Serge Farnel est un journaliste free-lance qui a suivi des auditions publiques de la commission Mucyo à Kigali en 2006 pour le compte de l’agence israélienne Metula News Agency (Ména). Sur la base d’interviews réalisés en avril 2009 et février 2010, il assure qu’il a recueilli les preuves que des militaires français ont participé au grand massacre des 13 et 14 mai 1994 à Bisesero. Après avoir fait publier un article dans leWall Street Journal, [note] 387 il sort un livre en novembre 2011 où il assure que le 13 mai « la population hutu a achevé les blessés » que « des soldats français auraient commencé par pilonner, puis mitrailler ». [note] 388
Rien dans tous les témoignages de rescapés, recueillis par African Rights ou la commission Mucyo, ne venait accréditer auparavant la présence de Français lors de cette attaque du 13 mai, la plus meurtrière qu’ils ont subie.
Un examen attentif des témoignages présentés et de la méthode utilisée fait apparaître la fragilité de la preuve avancée. Le scénario est construit à partir d’affirmations de miliciens trop heureux de faire accréditer une version de leur histoire où ils ne sont plus les pires des assassins. Lors des entretiens, les rescapés sont assaillis de questions par l’enquêteur qui, sans tenir compte de leur traumatisme, parvient à leur faire dire ce qu’ils n’ont jamais dit auparavant. [nous soulignons en gras] Réinterrogés par d’autres personnes, nombre d’entre eux contredisent les propos que Farnel leur a prêté. [note] 389
Une plainte contre X de rescapés du génocide devait être déposée à Paris pour des faits de participation directe de militaires blancs au massacre de masse du 13 mai 1994 à Bisesero (ouest du Rwanda) où des membres de leurs familles ont ce jour-là été tués, [note] 390 mais elle ne s’est pas concrétisée, laissant ainsi planer le doute sur le sérieux de cette accusation qui ne peut nuire qu’à la crédibilité des victimes. »

-> « [Note] 389. Matjules, Interview par Matjules d’Adrien Harolimana, rescapé de Bisesero, 22 octobre 2015.« 

Egalement #2 :
« L’état des connaissances sur le rôle de la France dans le génocide
des Tutsi » Jacques Morel le 20 juin 2016, v1.6 http://jacques.morel67.free.fr/RoleFranceRwanda2016.pdf
Pages 40-41
« 13.1 Des Français le 13 mai à Bisesero ?
Serge Farnel est un journaliste free-lance qui a suivi des auditions publiques de la commission Mucyo à Kigali en 2006 pour le compte de l’agence israélienne Metula News Agency (Ména). Sur la base d’interviews réalisés en avril 2009 et février 2010, il assure qu’il a recueilli les preuves que des militaires français ont participé au grand massacre des 13 et 14 mai 1994 à Bisesero. Après avoir fait publier un article dans le Wall Street Journal, [note] 371 il sort un livre en novembre 2011 où il assure que le 13 mai « la population hutu a achevé les blessés » que « des soldats français auraient commencé par pilonner, puis mitrailler ». [note] 372
Rien dans tous les témoignages de rescapés, recueillis par African Rights ou la commission Mucyo, ne venait accréditer auparavant la présence de Français lors de cette attaque du 13 mai, la plus meurtrière qu’ils ont subie.
Un examen attentif des témoignages présentés et de la méthode utilisée fait apparaître la fragilité de la preuve avancée. Le scénario est construit à partir d’affirmations de miliciens trop heureux de faire accréditer une version de leur histoire où ils ne sont plus les pires des assassins. Lors des entretiens, les rescapés sont assaillis de questions par l’enquêteur qui, sans tenir compte de leur traumatisme, parvient à leur faire dire ce qu’ils n’ont jamais dit auparavant. [nous soulignons en gras] Réinterrogés par d’autres personnes, nombre d’entre eux contredisent les propos que Farnel leur a prêté. [note] 373
Une plainte contre X de rescapés du génocide devait être déposée à Paris pour des faits de participation directe de militaires blancs au massacre de masse du 13 mai 1994 à Bisesero (ouest du Rwanda) où des membres de leurs familles ont ce jour-là été tués, [note] 374 mais elle ne s’est pas concrétisée, laissant ainsi planer le doute sur le sérieux de cette accusation qui ne peut nuire qu’à la crédibilité des victimes. »

-> « [Note] 373. Matjules, Interview par Matjules d’Adrien Harolimana, rescapé de Bisesero, 22 octobre 2015« 


Par ailleurs :
http://cec.rwanda.free.fr/actualite/actu-2013-06-01-et-jours-suivants.html
« Nous pataugeons dans cette affaire car la probabilité d’une présence de soldats français ne peut être exclue catégoriquement. » Emmanuel Cattier, 21 juin 2013

http://jacques.morel67.free.fr/Farnel13maiReponseGolias.pdf

http://www.bisesero.net/pages/reponses-aux-critiques/

http://www.cobaye.in/13-mai-1994-reponse-a-Jacques

https://www.lanuitrwandaise.org/revue/bisesero-un-crime-francais,356.html

https://www.humanite.fr/participation-directe-de-la-france-au-genocide-des-tutsi-du-rwanda-vous-avez-dit-absurde-527827

http://fr.igihe.com/spip.php?page=mv2_article&id_article=9718

https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2014/10/15/bruno-boudiguet-a-telesud-rwanda20ans/

https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2015/03/20/introduction-au-negationnisme-contre-les-rescapes-de-bisesero-1ere-partie/

https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2019/02/03/introduction-au-negationnisme-contre-les-rescapes-de-bisesero-2eme-partie/

Etc…


https://survie.org/auteur/claude-chenaud (Survie se critique par ailleurs)

Publié dans 13 mai 1994, 1994, 2014, 2018, Adrien Harolimana, Aviso, Basesero, Bisesero, Blanc, Blancs, Boniface Mutuyemungu, Boudiguet, Bruno Boudiguet, C.E.C., Calomnie, CIIP, Collectif Innov'/Illu' politiques, Complicité, Complicités, Emmanuel Karibana, Enquête, Eric Nzabihimana, Farnel, Françafrique, François-Xavier Verschave, Francafrique, France, Génocide, Honnêteté, Interview, Interviews, J.B.Hakizimana, Jean-Baptiste Hakizimana, L'Esprit frappeur, Marcel Harelimana, Massacre, Matjules, Mensonge, Militaires "blancs", Morel, Négationnisme, Néocolonial, Néocolonialisme, Negationnisme, Parole, Politique, Pouvoir, Rescapés, Responsabilité, Rwanda, Serge Farnel, Survie, Sylvain Nyakayiro, Témoignage, Témoignages, Témoins, Témoins de Bisesero, Tutsi, Vénuste Kayimahe, Verticalité | 1 commentaire

Se penser au delà de ses particularismes

Il existe un lien entre les « Groupes non mixtes », la « Marche des Fiertés », les « prolétaires », les « intouchables » et la « Négritude ». Lorsqu’un aspect de l’identité (naturelle comme sociale) est discriminé, subit des violences traversant les âges, il devient légitime de se penser ou essentialiser cet aspect physique, culturel, propre à soi. Quand bien même la stigmatisation justement procède de même. Ainsi des personnes à la peau « blanche » qui revendiquent leur fierté de l’être, résumant leur nature à cela, ou encore mettant en avant l’hétérosexualité et genre, sacralisant leurs orientations et choix comme s’ils étaient eux important, dans le vrai. L’universalisme ou commun consiste justement en l’inverse, se sentir moins essentiel tel que soi vis à vis de ce qu’il y a autour, les différences à chérir comme la porosité des incarnations possibles plus que son taux de mélanine, sa position hiérarchique à gogo. La ruse de la non raison irradie donc les catégories ou ce que l’on formate tel à son esprit, limitant la perception à un physique, territoire/provenance et statut à la noix. Nourrir les ségrégations est se regrouper selon ces schémas racialistes et verticaux plus ou moins indirects ou par réaction.

Matjules

https://www.facebook.com/groups/MvtDeboutMatjules/permalink/2098903540322397/

Publié dans Autre, Bien commun, Catégorisation, Culturel, Essentialisation, Genre, Groupes non mixtes, Identité, Intouchables, Marche des Fiertés, Naturel, Négritude, Particularismes, Physique, Prolétaires, Réaction, Territoire, Universalisme, Verticalité | Laisser un commentaire

Quand l’Egam recevait un soutien (entre temps) de Sassou !

Ca la fout mal pour l’Egam qui a reçu l’imam de Drancy, Hassen Chalghoumi à la mairie du Xe au sujet du génocide des Tutsi http://www.egam.eu/genocide-contre-les-tutsi-la-verite-maintenant-lancement-de-la-campagne-ce-mercredi-a-18h30-a-la-mairie-du-10eme-arrondissement-de-paris/

Le voici en soutien de Sassou-Nguesso lors d’une réception fastueuse au Crillon. Les familles des disparus du Beach apprécieront ! https://youtu.be/4-wqnCpH3HE

« …l’imam de Drancy, Hassen Chalghoumi, qui envisage carrément «l’organisation en 2018 d’une conférence de la paix» à Brazzaville. » http://www.liberation.fr/planete/2018/02/20/a-paris-les-amis-de-denis-sassou-nguesso-sont-plutot-rive-droite_1630806 (Libé se critique par ailleurs)


Précédemment : https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2014/07/21/la-france-des-bleus-vs-rwanda1994/

https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2014/11/20/actualite-recente-du-ciip-de-fin-2014-a-2015/

https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2014/12/05/ciip-vs-egamkouchner-rwanda20ans/

https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2015/03/20/introduction-au-negationnisme-contre-les-rescapes-de-bisesero-1ere-partie/

https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2015/10/13/kouchner-a-la-manoeuvre-concernant-le-genocide-des-tutsi-egam/

https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2016/06/06/clash-de-legam-a-we-love-green-2016/

https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2017/12/20/la-kouchner-mania-dabtan-en-clash-par-matjules/

 

Publié dans Crillon, Disparus du Beach, Drancy, Hassen Chalghoumi, Imam, Mairie du Xème arrd de Paris | 1 commentaire

La Kouchner mania d’Abtan en clash par Matjules

Crédit : Matjules

Les années passent et le ton des affabulations envers le french doctor reste le même, à quelques arrangements près d’avec la Mitterrandie. Comment sortir du off, transgresser les huis clos de pouvoirs comme la scénographie de repentir selon au fur et à mesure des colloques et rencontres plus ou moins accessibles ? Le rythme du silence perdure au gré des tribunes. Ce qui fut le cas à l’occasion du débat de l’Egam et Wrong Men suite à la projection du film Inkotanyi de Christophe Cotteret au Centre Wallonie-Bruxelles de Paris le 18 décembre 2017, sauf à prendre la voix de nouveau et ainsi tenter de porter la contradiction en frontal, face à une orchestration toujours verticale bien sur.

Madeleine Mukamabano démarre l’échange avec l’éloge du documentaire (à 2’40 https://soundcloud.com/matjules/la-kouchner-mania-dabtan-en-clash-par-matjules-a-5546), alors qu’il est critiquable : tourné vers le FPR, le sujet assumé, éludant surtout le relief politique à avoir vis à vis des participations française dans le génocide des Tutsi (avec des redites sur ce que l’on connait déjà de fin juin 1994), également concernant le FDLR dans la proche région, survolant finalement ces aspects pour une synthèse relativement agréable pour les pouvoirs en place.

Le public invité notamment via la newsletter de l’Egam avec un contrôle à l’entrée de l’identité tombe direct pour grande part dans le procédé des applaudissements ! On est au spectacle. Grrr…

On élude la doctrine sociale au Rwanda, qui est capitaliste (l’ambassade américaine ayant d’ailleurs bonne place sur les hauts de Kigali), l’exploitation d’un personnel de maison corvéable à merci (par exemple dans des familles que j’ai pu voir fin 2014 sur Kigali et Kibuye notamment).

Evidemment dans le film la parole est donnée à Eric Nzabihimana à Bisesero. Cf. http://www.bisesero.net/pages/reponses-aux-critiques/serge-farnel-repond-a-morel.html

Les intervenants parlent de négationnisme mais ils évitent d’en venir aux militaires « blancs » des 13 et 14 mai 1994 qui tiraient sur des basesero.

Un Patrick de Saint-Exupéry sirupeux à rappeler le temps long de l’historiographie (à 1’03’46), tout en clashant en une phrase les universitaires du domaine (à 15’55), nullement encore passés en postcolonialisme. Il me semble avoir abordé cela et être intervenu lors de débats à la suite de conférences et colloques à ce sujet notamment à l’occasion des commémorations pour les victimes et familles des 20 ans du génocide des Tutsi entre 2014 et 2015. A-t-il de même eu cette véhémence face à Jean-Pierre Chrétien par exemple, ne serait-ce que dans ses écrits ?! Ou réserve-t-il cela à un grand tout désincarné sans trop de relais circonstanciés pour en faire écho ?!

Guillaume Ancel dans le public (également en entretien dans le film) à écouter à partir de 47’25 (ceci malgré une maladresse sarcastique concernant les belges sauf à jouer l’ironie totale), voisin de François Graner ici plus discret.

A 20’45 Benjamin Abtan en apologie de Kouchner (& Sarko’). A 35’20 il indique et on le savait qu’il a « travaillé dans le cabinet de Taubira et cabinet Kouchner« . A 36’40 il critique Mitterrand (enfin!). A 54’55 il précise des subventions du ministère des affaires etrangères versées auparavant à l’Egam, les regrettant visiblement.

A 55’46 [Matjules] Oui bonsoir, je voulais savoir comment vous avez obtenu certaines interviews, certains entretiens, si vous avez présenté votre film au pouvoir rwandais, s’il y a des réactions ? Et puis autre aspect concernant ce que j’ai entendu tout à l’heure de Kouchner, je n’étais pas « trop » d’accord. Je sais qu’il était présent avec un corridor humanitaire sous l’autorisation de Bagosora durant (je crois) le génocide. Ca me semble assez aberrant. Je n’imagine pas la même chose sous Hitler [entendu comme : avec l’aval d’Hitler – alors certes on dira que le rapport entre Bagosora et Kouchner n’est pas le même qu’entre je ne sais qui et Hitler], un corridor humanitaire ! Voilà je suis assez scotché de cette forme de (comment dire…) publicité humanitaire qui a pu être faite à ce moment là.

J’ai ainsi pu redire ici comme lors du Colloque de l’Egam au Sénat le 19 octobre 2015 cet aspect au combien ubuesque et choquant. Cf. https://soundcloud.com/collectifillupolitiques/debat-lors-du-colloque-de-legam-au-senat-le-19-octobre-2015

A 57’55 la réponse de Christophe Cotteret (à écouter dans l’audio).
A 1’01’07 Abtan me répond : « Moi je vais dire quelques mots par rapport à Kouchner, la « publicité humanitaire ». En l’occurrence il n’avait pas fait de publicité… A partir du Biafra, il n’y aurait pas de responsabilité protégée. Et il n’y aurait pas d’interventions humanitaires et d’actions humanitaires. Donc un moment la publicité et l’agitation des médias ça fait en sorte de pouvoir protéger des vies et de sauver des vies. En l’occurrence là au Rwanda. Alors qu’est-ce qu’il fallait faire ? Qu’est-ce qu’il fallait faire ? Soit c’est possible d’avoir une intervention armée, ce qu’a fait là récemment en 2014 le PKK par rapport à Daesh pour faire en sorte d’ouvrir un corridor et d’exfiltrer les yézidis qui étaient entrain de se faire massacrer [l’équivalence en comparaison que pose ici Abtan est : avec l’accord du numéro 1 des forces de Daesh ?! Sinon cela n’a rien en commun du deal aberrant entre Kouchner et Bagosora, et justement cela n’en a pas – le PKK reprenant des bastions via les combats]. Mais quand vous n’êtes pas un groupe armé, comment est-ce que vous pouvez faire en sorte de sauver des gens ? Et bah forcément à un moment ou un autre il y a forcément une rencontre, une négociation. Je ne sais pas exactement quelle négociation il y a eu ou quoi par rapport à ça. Mais en tout cas dans cette situation là, quand on est pas un groupe armé en état, il y a forcément une rencontre avec ceux qui détiennent le pouvoir, et qui sont donc par définition ceux qui sont entrain de commettre ces atrocités. Donc c’est pas très puant. C’est pas très beau, mais ça permet de sauver des vies. Et s’il y a une meilleure solution dans ce cas là moi je serais très heureux de pouvoir l’entendre. Mais malheureusement je n’en vois pas d’autres. » [Il fait son bon samaritain].
A 1’02’22 [Matjules] Au Biafra il y avait des armes avec la Croix rouge par exemple, dans « les » avion »s ».
A 1’02’26 Abtan : « Je connais moins j’avoue. Mais pour le Rwanda… »
A 1’02’28 [Matjules] Non mais c’est la référence que vous citez. Effectivemment ce n’était pas non plus très clean.
A 1’02’35 Abtan : « Je ne vois pas ce que vous voulez dire… »
A 1’02’38 [Matjules] Enfin c’est connu. C’est connu.
A 1’02’39 la réponse de Christophe Cotteret : « Ca été filmé, l’entretien entre Bagosora et Kouchner a été filmé. Et c’est intéressant de voir… Non pas… toute la conversation n’a pas été filmée, mais de voir aussi la tension. Je crois qu’effectivement tu rappelles la nécessité de le faire à ce moment là c’est mieux que rien. Je crois qu’on est un peu dans cette idée là. »
A 1’03 Abtan : « C’est pas seulement que c’est mieux que rien. Mais c’est que dans ce cas là comme dans tous les cas de prévention de crimes de masses ou d’arrêt ou d’atténuation des effets il y a forcément une obligation pour certaines personnes d’être en relation avec ceux qui détiennent le pouvoir, ou sinon d’avoir confrontation militaire et guerre. Mais il n’y a pas tous les acteurs qui sont en capacité de pouvoir mener la guerre. Il faut avoir une armée, faut avoir un groupe armé. Sinon il y a forcément des personnes qui décident de vouloir bien se salir en partie, être en relation avec ceux qui sont entrain de commettre des atrocités pour faire en sorte qu’elles soient moins grandes ou qu’il y ait moins de personnes qui soient tuées. »
A 1’04 [Matjules] (rire jaune).
St Exupery en grand sage (lol) prend soin de terminer sur le temps long de la connaissance et histoire (comme déjà indiqué). On botte en touche, rendez-vous dans 10 ans. Zzz…

Kouchner nous a-t-il sorti en 1994 un ouvrage désavouant la doctrine de stigmatisation d’ennemi intérieur extérieur de l’Ecole de guerre de Paris, vendue à des Etats majors dans le monde entier, de l’Indochine, en passant par l’Algérie, l’Amérique du sud et le Rwanda ? Non ! Il dira peut-être qu’il n’en avait pas idée ? A-t-il désavoué Mitterrand, dénoncé l’armée française, critiqué publiquement Juppé, Balladur, Leotard à ce moment là ? S’est-il étouffé d’en dire un mot en circonstance ? Avec qui et pour qui a-t-il travaillé ou été nommé par la suite ? Aucunement avec la famille mitterrandienne, les éléphants de ce système, cette descendance ? Qui a parlé ? Le duo Sarkozy/Kouchner a-t-il déclassé les documents de cette période lorsqu’il a quelque peu décrispé les rapports avec Kagamé ? Non ! Kouchner était-il muselé pour s’exprimer si ce n’est par sa carrière politique ? Ou un acteur de ce qu’il se passe, manoeuvrant en pouvoir sur le lit des souffrances absolues ?


En annexe : https://www.facebook.com/groups/MvtDeboutMatjules/permalink/1969489959930423/

https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2015/03/20/introduction-au-negationnisme-contre-les-rescapes-de-bisesero-1ere-partie/

https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2018/02/22/quand-legam-recevait-un-soutien-entre-temps-de-sassou/

https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2016/06/06/clash-de-legam-a-we-love-green-2016/

https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2015/10/13/kouchner-a-la-manoeuvre-concernant-le-genocide-des-tutsi-egam/

https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2014/12/05/ciip-vs-egamkouchner-rwanda20ans/

https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2015/11/13/en-aparte-avec-guillaume-ancel-13mai94/

https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2015/04/08/quattend-survie-pour-transmettre-les-temoignages-des-basesero/

https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2014/11/20/actualite-recente-du-ciip-de-fin-2014-a-2015/

https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2014/07/21/la-france-des-bleus-vs-rwanda1994/

Publié dans Abtan, Bagosora, Blancs, Centre Wallonie-Bruxelles, Christophe Cotteret, Colloque de l'Egam au Sénat, Corridor, Corridor humanitaire, Croix rouge, entretien, Eric Nzabihimana, FPR, French doctor, Histoire, Historiographie, Hitler, Huis clos, Humanitaire, Inkotanyi, Jean-Pierre Chrétien, Madeleine Mukamabano, Militaires, Negationnisme, Parole, PKK, Publicité humanitaire, Repentir, Subventions, Taubira, Transgression, Université, Wrong Men | 5 commentaires

WordPress en mode pub, berk !

Nous ne sommes pas responsables des pub apparaissant sur notre page. WordPress en est à l’initiative, ce que nous déplorons. Une solution est à trouver via Adblock notamment https://adblockplus.org/fr/ (sans promo’ commerciale ici cela dit, car sous cette contrainte)

Publié dans Adblock, Popups, Pub, Wordpress | 1 commentaire